Réflexions sur un article de Matthew V. Abola et V Prasad : Utilisation des superlatifs dans la recherche sur le cancer

Utilisation des superlatifs dans la recherche sur le cancer

Réflexions sur un article de Matthew V. Abola et V Prasad

 

Par Gerard Delepine

Les commentaires dithyrambiques publiés récemment dans les médias sur l’immunothérapie, le keytruda et leur prétendue utilité pour les malades dans le traitement des cancers et tout particulièrement le cancer du poumon, illustrent tristement les constatations faites il y a 18 mois par Abola et V Prasad [1] sur l’inflation verbale utilisée pour vendre ou obtenir le remboursement de traitements peu utiles, parfois toxiques et payés cent fois plus cher que l’or.

  1. Abola et V Prasad ont recherché, dans les articles sur la recherche contre le cancer, ceux qui comportaient l’un des dix superlatifs habituellement utilisés par les agences de publicité tels que « révolutionnaire, sauveur de vie, merveilleux, percée thérapeutique, guérison, miracle… » ». En seulement quatre jours[2] Ils ont recensé 94 articles contenant 97 de ces superlatifs. Ces superlatifs concernaient 36 drogues principalement des traitements ciblés (40%) et des immunothérapies (38%). La moitié des drogues concernées n’avaient pas encore reçu d’AMM de la FDA et 14% d’entre elles n’avaient même pas été testées chez l’homme, mais seulement sur des animaux, voire des cultures cellulaires. Les auteurs des articles incriminés étaient avant tout des journalistes (55%) qui ne possèdent peut-être pas les qualifications requises pour juger équitablement un médicament, des médecins (27%) pour la plupart très liés au laboratoire concerné et des experts de l’industrie (9%).

Le keytruda est un immuno-modulateur susceptible de réveiller les défenses immunitaires des malades, et ainsi d’augmenter la résistance des malades à certains cancers. Cette drogue a bénéficié tout au long de son développement de passe-droits étonnants : autorisation de mise sur le marché éclair[3] après une seule étude de phase Ib[4]ouverte[5] évaluée sur un critère subjectif[6]dont le protocole a été modifié après une analyse intermédiaire[7]. Pour délivrer l’AMM pour le cancer du poumon, la FDA et l’EMA se sont contentées d’un taux de réponse obtenu sur un groupe de 61 malades…sans recul réel permettant d’évaluer son efficacité clinique et sa toxicité.

Il a été l’objet depuis d’une publicité mondiale organisée par les services communications de Merks, s’exprimant au travers de médecins le plus souvent « conseillers »[8] du laboratoire, qui emploient sans vergogne les termes «miraculeux » « merveilleux » « inespéré » largement relayés par des médias complaisants. Pour un traitement incapable de guérir ainsi que la rappelle la HAS qui estime l’amélioration de service médical rendu mineure en seconde ligne[9] et modérée en première ligne[10]! Sous la pression des médias, d’associations souvent sponsorisées, de patients trompés, de lobbyistes efficaces et peut être d’avantages financiers plus directs, le ministère vient d’accepter de rembourser 6000 euros le mois ce médicament sans tenir compte de l’avis de la HAS. Le miracle médiatique est devenu financier.

Or rembourser à des prix exorbitants des médicament qui n’ont pas fait la preuve de leur utilité pour les malades oblige à augmenter le ticket modérateur, le prix des mutuelles, à refuser le remboursement de soins plus utile, tels que soins dentaires ou les lunettes[11], certains médicaments affublés du qualificatif « de confort »[12] et à rationner soins infirmiers et de kinésithérapie, transport, lits dans les hôpitaux… C’est un acte politique que de ne pas gérer l’argent public en bon père de famille.

L’église n’accepte le qualificatif de miracle qu’après une longue enquête contradictoire et la plaidoirie d’un « avocat du diable » chargé de remettre en cause la véracité du miracle.

Malheureusement, ni les journalistes, ni les malades, ni les agences et le ministère ne sont aussi prudents. Ceci illustre une fois de plus que le seul espoir (même infondé) fait vivre…  les laboratoires et probablement pas mal d’affidés.

 

[1] T Matthew V. Abola, Vinay Prasad, Use of Superlatives in Cancer Research JAMA Oncol. 2016;2(1):139-141

[2] Entre le 21 et le 25 juin 2016

[3] 3ans et 9 mois après le début des essais cliniques, record e vitesse de l’histoire de la FDA

[4] Habituellement l’AMM est accordée après au moins un essai randomisé endouble aveugle de pahase III

[5] C’est-à-dire que les malades et les médecins conaissent le traitement utilisé ce qui peut fausser un résultat jugé sur des critères subjectifs

[6] Le taux de réponse de la maladie est évalué sur l’imagerie par des médecins rémunérés par le laboratoire

[7] ‘c’est après une analyse intermédiaire que les investigateurs rémunérés par Merks ont défini un groupe de malade d’après son taux d’expression PD-L ce qui entraîne un biais considérable

[8] La fonction de « board advisory »,, purement commerciale, permet à ces médecins « d’ obtenir une deuxième source de revenus parfois pérenne et même supérieure à leur salaire public.» d’après le rapport au sénat Milot

[9] Avis du 3 mai 2017

[10] Avis du 17 mai 2017

[11] A Buzyn « On n’est pas là pour offrir des montures Chanel à tout le monde ou des verres antireflet qui filtrent la lumière bleue ».

[12] aspirine, certains anti-allergiques et bien d’autres dont le tors principal est de ne pas être assez rentable pour l’industrie ; le déremboursement par la sécurité sociale permet de plus de libérer le prix qui double ou triple à la vitesse de l’éclair.

 

Retrouvez l’article original :