A propos du document d’ E. Ludot, avocat : « touche pas à ma thyroïde »

«  TOUCHE PAS A MA THYROIDE »

 

Quelques réflexions à propos du livre de l’avocat Emmanuel Ludot, sorti le 29 mars 2018 Fauves Editions, écrit à la suite de nombreuses plaintes de patients incommodés par le changement de formule de leur médicament habituel, la lévothyroxine.

 

Alors que la France était plongée dans la problématique de l’obligation vaccinale soulevée brutalement lors de la présentation du premier ministre à l’assemblée début juillet 2017, survint un autre scandale en ces mois d’été déjà bien agités.

 

Découverte du nombre considérable de personnes (malades ou non) traitées par lévothyroxine et dont une partie d’entre elles sont indisposées par la nouvelle formule imposée depuis Mars 2018.

Des milliers de patients -le plus souvent des femmes- se plaignent de troubles divers et variés depuis qu’on leur a imposé subrepticement un changement de formule du médicament qu’ils prennent souvent depuis de très longues années, le lévothyrox, substitut des hormones thyroïdiennes naturelles dont ils manquent.

Plusieurs interrogations vont naitre rapidement de l’ampleur méconnue du problème : trois millions de français sont traités par cette hormone de substitution : malades auxquels on a retiré la thyroïde, (pour un cancer avéré, ou un goitre, ou des nodules suspects) ou chez lesquels on a porté un diagnostic d’hypothyroïdie.

Hypothyroïdie parfois discutable car la recherche, quasi systématique, d’une insuffisance de la fonction thyroïdienne a conduit au traitement de formes d’hypothyroïdie « limites »[1].

Cancers papillaires qui pour la plupart auraient dû échapper à un traitement actif car comme pour le sein et la prostate, le dépistage par l’échographie a entraîné la découverte de petits cancers papillaires bien différenciés qui n’auraient jamais évolué, (surdiagnostics) conduisant à une brutale « épidémie mondiale »[2] et à des surtraitements (thyroidectomie totale et lévothyrox à vie) dont le nombre de victimes a été évalué à plus de 500 000 par l’OMS[3].

 

Négation initiale des responsables politiques et de nombreux médecins de la réalité des troubles ressentis par les plaignants.

Curieusement les plaignantes se font fait traitées d’hystériques, d’autant qu’il s’agit le plus souvent de femmes. Elles ont d’abord été méprisées par des médecins et des officiels qui les ont traitées de folles, de simulatrices, de déprimées, et ont accusé les réseaux sociaux de susciter une fausse polémique ! « A la pharmacie, on lui a dit que c’était juste le paquet qui avait changé ».  Trop de professionnels soumis à l’autorité (qui ne peut se tromper !) ont accusé les patients de manipulation ou de délire contagieux.

Où sont passées la compassion et l’écoute chères à Hippocrate ?  Signe supplémentaire de l’agonie de la médecine humaniste, humaine (normale ! ) car même si ces malades s’étaient trompés, ils méritaient d’être écoutés. Leur asséner le désormais classique : « c’est dans la tête » ne pouvait qu’aggraver la défiance des patients et de leur entourage envers des médecins parfois robotisés et d’autres réduits au silence, coupables de soumission à la parole officielle. Cette absence d’écoute, associée à un sentiment de supériorité des médecins vis-à-vis du patient, conduisent beaucoup de ces derniers à perdre confiance dans les traitements efficaces et les poussent parfois vers des alternatives peu scientifiques qui leur font perdre le bénéfice de la médecine académique. Quel gâchis !

Alors, en même temps que les patients tentent de trouver des solutions à leurs besoins, en cherchant à l’étranger des médicaments équivalents qui pourraient leur convenir mieux, d’autres se tournent vers la justice, et en particulier vers Maitre Emmanuel Ludot. Il est certain que ces bizarreries liées, tant au nombre de personnes concernées que la négation du problème par l’autorité pendant plusieurs semaines voire mois, conduisent à se poser la question : pourquoi ? Que se cache-t-il derrière ce médicament -lévothyroxine- au premier rang des drogues les plus vendues dans le monde ?

 

Découverte d’effets secondaires du même genre dans plusieurs autres pays qui ont changé leur formule

 Alors que nos autorités ministérielles feignent la surprise, on découvre dans ce document les nombreuses « histoires » comparables survenues dans d’autres pays à l’occasion de changements de formules de thyroxine.  Alors pourquoi feindre l’étonnement ?

C’est l’enquête que Maitre Ludot a menée. Et on lit ce livre comme un roman qui malheureusement met en lumière les liens étroits entre les pouvoirs politiques et l’industrie pharmaceutique, et la délocalisation en Chine de la fabrication de la lévothyroxine, programmée dès 2012. Un vrai roman policier … Trouverez-vous les coupables  ?

 

Bonne lecture !

 

[1] Formes qui ne rentrent pas dans les strictes applications des référentiels de bonne de bonne pratique

[2] Le nombre de diagnostics de cancers de thyroïde a été multiplié par 6 à 8 sans augmentation de formes graves

[3] https://www.prevention-sante.eu/actus/depistages-cancers-utiles-lon-presente et en particulier le cas du dépistage massif des cancers thyroïdiens avec son lot de surdiagnostics et de surtraitements.