NOUVEAU LIVRE : MEDICAMENTS ANTICANCEREUX PEU UTILES, SOUVENT TOXIQUES ET HORS DE PRIX

MEDICAMENTS ANTICANCEREUX PEU UTILES, SOUVENT TOXIQUES ET HORS DE PRIX

par Gérard et Nicole DELEPINE

 

SORTIE CHEZ MICHALON LE 26 OCT 2017

DISPONIBLE DANS TOUTES LES BONNES LIBRAIRIES ET EN LIGNE

 

Et voici le petit dernier !

A la suite de la publication des précédents livres et singulièrement « CANCER les bonnes questions à poser à votre médecin », en vue d’aider les patients à retrouver un dialogue équilibré avec leur médecin, de nombreux patients nous ont joint pour « en savoir plus » de la part de médecins retraités, non suspects de conflits d’intérêt.

Dans le livre suivant « soigner ou obéir » nous tentions de sensibiliser les citoyens aux dangers de la médecine gouvernée désormais par le ministère de la santé en vertu de l’article 1 de la loi santé parue au JO en janvier 2016. Le monopole du traitement du cancer en France mis au point par les plans cancer successifs depuis 2003 se renforçait avec tous ses dangers de traitement choisi selon les recommandations nationales uniformisées à toute la France.

Nous avions dénoncé à cette occasion la modification des critères d’obtention des AMM pour les médicaments et ses dangers. Dans tous les pays soumis à ces nouvelles réglementations qui associent mise sur le marché express, (sans évaluation correcte de l’efficacité ni des complications) des nouvelles d rogues commercialisées à des prix défiants tout bon sens qui menacent l’existence même des systèmes d’assurance santé solidaire de tous les pays.

Nous avons constaté, comme beaucoup d’autres, que la majorité des molécules anticancéreuses mises récemment sur le marché n’apportent pas de bénéfices pertinents aux malades. Il ne s’agit pas de médicaments inefficaces au sens premier, mais de drogues trop peu efficaces et/ou trop toxiques pour que les malades en tirent un bénéfice pertinent (et surtout leur durée de vie) du fait d’une balance bénéfices/risques négative.

Pour savoir si ce phénomène était cantonné aux drogues utilisées dans les cancers précédemment étudiés dans notre livre de 2016, nous avons analysé d’autres médicaments essentiellement en fonction des demandes de nos correspondants internautes.

Et le constat est affligeant : près de 80% des médicaments anticancéreux mis sur le marché depuis 2003 l’ont été sans avoir apporté la preuve qu’ils pouvaient être utiles aux malades et la revue de la littérature à plus long terme montre qu’ils sont trop peu efficaces ou dangereux, sans que leur AMM soit suspendue.

L’EMA (agence Européenne du médicament), et la FDA américaine ont été créées pour assurer sécurité et efficacité des médicaments après les catastrophes et les scandales de médicaments, tels que ceux du distilbène dans les années 1950. Mais le lobbying des big pharma auprès des politiques et les liens d’intérêts des experts avec les firmes pharmaceutiques ont abouti en ce nouveau siècle à une politique axée sur la promotion de l’ «innovation » (confondue avec le progrès) reposant prioritairement sur la génétique comme si la foi avait remplacé l’analyse scientifique.

Depuis plus de 15 ans, sous prétexte de « soutien à l’innovation » (en réalité à l’industrie), les AMM sont délivrées le plus vite possible sans preuve réelle d’efficacité et de faible toxicité des médicaments. Schématiquement, les agences ne se basent plus sur la balance avantages/risques pour les malades, mais seulement sur l’efficacité de la drogue sur la tumeur, et se contentent de critères subjectifs (taux de réponse à trois mois ou durée de stabilisation tumorale pompeusement rebaptisée « durée de survie sans progression »), au lieu des critères objectifs classiques, tels que la durée de survie globale ou le taux de guérison.

L’insuffisante efficacité de l’EMA[1] et de la FDA[2] est mise en évidence depuis déjà longtemps. De nombreux articles[3] [4] [5] [6] [7]dénoncent la faiblesse des preuves d’efficacité et d’innocuité des nouveaux médicaments qu’elles autorisent à la vente et leur incapacité à obtenir des firmes les résultats des études complémentaires qu’elles se sont pourtant engagées à fournir.

Le parlement européen [8] doute également de l’objectivité des experts et menace régulièrement de ne pas reconduire le budget de l’EMA. Le Canard Enchaîné [9], la revue Prescrire[10] et les associations de consommateurs européens[11] vont dans le même sens.

 

Les modifications des règles d’obtention de l’AMM[12] délivrées par l’EMA permettent aux firmes de profiter plus longtemps des bénéfices financiers liés aux brevets, mais expose les malades aux risques d’une drogue insuffisamment testée, d’autant que ses autorisations s’imposent à tous les pays de l’UE et donc à la France. On transforme ainsi, à son insu, le malade en cobaye involontaire, ce qui est contraire à son intérêt, au code de Nuremberg et à la déclaration d’Helsinki de l’Association Médicale Mondiale.

 

L’étude des quelques drogues symboliques, met en évidence la nocivité des ces AMM « pony express» qui conduisent à des pertes de survie chez certains malades : 12 mois pour les malades traités par maintenance Iressa[13],par rapport à rien, 3 mois de survie en moins que la chimiothérapie avec le tarceva dans les cancers du poumon sans sélection génétique[14], 45 jours de survie en moins lors de l’ajout d’erbitux à la chimiothérapie des cancers du colon[15].

 

Nous développons dans ce livre l’Avastin*, drogue présentée dès 2005 comme miraculeuse dans différents cancers, jusqu’à sa suspension d’AMM dans le cancer du sein aux USA puis la notation par la HAS , ASMR (amélioration du service médical rendu) mineure en France dans cinq indications.

 

Nous soulignons les fréquentes modifications d’AMM des thérapies ciblées, qui témoignent de la découverte tardive d’une balance avantages risques défavorable dans certains sous-groupes[16] après qu’elles aient nui aux malades qui les ont subies ,et confirment que les études fournies pour obtenir l’AMM étaient tout à fait insuffisantes.

 

En fin de livre, après les quelques drogues choisies à titre d’exemples, nous rappelons sur les articles internationaux qui mettent en évidence ces dérives médicamenteuses depuis le début des années 2000 et sur nos propres études présentées au colloque de sous et surmédicalisation d’Avicenne d’avril 2017. Sur 32 études pivots [17] une confirmation complète des résultats présentés à l’EMA n’a été observée que dans à peine 30% des cas. Les résultats présentés aux agences du médicament minorent la toxicité dans la moitié des cas (16/32) et surestiment l’efficacité dans un tiers, faussant ainsi l’évaluation de la balance avantages/ risques en faveur de la nouvelle drogue.

 

Nous avons pensé que ce livre pourrait être utile, aux citoyens pour comprendre le monde actuel de la médecine cancérologique, aux malades pour interroger leurs cancérologues souvent heureux de sortir de leurs habits de robots imposés par la politique ministérielle, et aux médecins pour reprendre leur liberté par rapport aux ukases de l’institut national du cancer, via les RCP, réunions de concertation multidisciplinaires.

 

Les articles de grandes revues médicales (trop souvent écrits par des employés temps plein du labo), ou les « informations » délivrées par des professeurs liés aux firmes (souvent plusieurs , des sociétés savantes ou associations de malades sponsorisées sont très trompeuses surtout par leurs présentations. L’information utile est le plus souvent noyée dans un océan d’informations publicitaires sans cesse renouvelées par les firmes et de témoignages individuels sans grand intérêt scientifique. Les publications officielles de la FDA ou de l’EMA sont difficiles à décrypter, tant elles mettent en avant la fameuse « survie sans progression » (stabilité tumorale) et qu’elles oublient de mentionner la survie globale ou le risque de décès dû au médicament. Il faut se méfier particulièrement des essais « ouverts »[18] évalués sur des critères subjectifs (durée de survie sans progression, taux de réponse), des articles qui ne donnent pas la durée de survie globale en affirmant que « c’est prématuré », ou qui prétendent « notre médicament diminue de 30% le risque de mort ou de progression de la maladie » sans fournir ni les pourcentages absolus, ni les courbes de survie globale à 5 ans et des articles où les liens d’intérêts des auteurs ne sont pas mentionnés…

Dans ce livre, nous essayons de passer quelques messages importants.  

1°) l’AMM d’un médicament récent ne constitue plus un gage d’efficacité ni de sécurité, comme le constatait déjà G Apolone en 2005[19] et l’ont confirmé Lexchin en 2012 aux USA et R [20]Banzi et les associations de consommateurs en Europe[21] [22].

la « médecine de précision » est le plus souvent un leurre qui bénéficie d’une propagande trompeuse opiniâtre sans apporter de progrès indiscutables dans le traitement des tumeurs solides comme le démontre Vinay Prasad[23].

3°) le malade auquel on propose un « nouveau médicament miracle » devrait exiger avant de donner son accord au traitement proposé, la communication des articles princeps qui le démontrent et à consulter la fiche de transparence de la HAS pour vérifier que sa survie globale a des chances d’être réellement améliorée.

4°) Enfin nous essayons de faire comprendre aux citoyens que le prix démesuré des nouveaux médicaments et les charges imputées à la sécurité sociale menacent notre système de santé. lorsque le ministère accepte de payer 5000 euros par mois pour un médicament globalement peu utile et/ou trop toxique, c’est au détriment, non seulement des malades qui le prendront, mais aussi de l’ensemble des citoyens à qui on refusera le remboursement des lunettes, des appareils dentaires et des appareils auditifs et qu’on oblige à contracter une assurance complémentaire santé de plus en plus chère.

 

[1] La revue Prescrire • L’année 2016 du médicament : un système qui favorise l’imitation plutôt que la recherche de réels progrès Février 2017 • Tome 37 N° 400

[2] US Government Accountability Office “Drug safety – Improvement needed in FDA’s postmarket decision-making and oversight process” Report GAO-06-402, 2006. www.gao.gov: 63 pages.

[3] Naci H et al. Why the drug development pipeloine is not deliverign better medicines. BMJ 2015; 351: h5542

[4] L D, Lexchin “Why do cancer drugs get such an easy ride?” BMJ 2015; 350: h2068 doi: 10.1136/bmj.h2068

[5] European Medicines Agency. “Guideline on the scientific application and the practical arrangements necessary to implement the procedure for accelerated assessment pursuant to article 14(9) of regulation (EC) No 726/2004” EMA/CHMP/697051/2014-Rev. 1. Public Consultation launched on 23 July 2015.

[6] Frank C et al “Era of faster FDA Approval has also seen increased blackbox warning and market withdrawals” Health Affairs 2014; 33(8): 1453-1459.

[7] Kim C, Prasad V, 2015. Cancer drugs approved on the basis of a surrogate end point and subsequent overall survival: An analysis of 5 years of US Food and Drug Administration approvals. JAMA Internal Medicine.

[8] ECA (European court of auditors) (2012), Management of conflict of interest in selected EU Agencies ; Special Report no 15 2012 [archive] ; ISBN 978-92-9237-876-9

[9] « Le gendarme européen du médicament testé corrupto-positif », Le Canard enchaîné, 7 décembre 2011, p. 3.

[10] LA REVUE PRESCRIRE Agence européenne du médicament : confite d’intérêts JUILLET 2012/TOME 32 N° 345 • PAGE 535

[11] CRIIGEN, Fondation Sciences Citoyennes et ENSSER (European Network of Scientists for Social and Environmental Responsibility) Santé : l’expertise en question. Conflits d’intérêts et défaillances de l’évaluation 4 mars 2010 au Parlement européen

[12] approval under exceptional circumstances”, “conditional marketing authorisations” and ‘’accelerated assessment’.

[13] K Kelly et al Phase III Trial of Maintenance Gefitinib or Placebo After Concurrent Chemoradiotherapy and Docetaxel Consolidation in Inoperable Stage III Non–Small-Cell Lung Cancer: J Clin Oncol 26:2450-2456. © 2008

[14] Garassino and TAILOR trialists. Erlotinib versus docetaxel as second-line treatment of patients with advanced non-small-cell lung cancer and wild-type EGFR tumours Lancet Oncol. 2013 Sep;14(10):981-8

[15] C Tol et al Chemotherapy, Bevacizumab, and Cetuximab in Metastatic Colorectal Cancer N Engl J Med 2009;360:563-72

[16] par exemple maintenance par tarceva pour les malades souffrant de cancer des poumons sans mutation EGFR

[17] G. Delépine N. Delépine , S Alkhallaf Les résultats des études « pivot » en cancérologie sont-ils fiables ? 6ème colloque « Sur- et sous-médicalisation, surdiagnostics et surtraitements », les 28 et 29 avril 2017 à Bobigny

[18] C’est à dire réalisé alors que le malade et le médecin savent quel traitement est attribué au malade

[19] G Apolone « new anticancer agents are still often approved on the basis of small single arm trials that do not allow any assessment of an ‘acceptable and extensively documented toxicity profile and of end points such as response rate, time to progression or progression-free survival which at best can be considered indicators of anticancer activity and are not ‘justified surrogate markers for clinical benefit » in Ten years of marketing approvals of anticancer drugs in Europe: regulatory policy and guidance documents need to find a balance between different pressures British Journal of Cancer (2005) 93, 504–509

[20] Lexchin J “New drugs and safety: what happened to new active substances approved in Canada between 1995 and 2010?” Archives of Internal Medicine 2012: 172:1680-1.

[21] Rita Banzi « In most cases there was limited evidence supporting the positive benefit–risk balance at the time of approval. Delays or discrepancies in the fulfilment of obligations allowmedicinal products with unsettled benefit–risk profiles onto the market for several years. »Approvals of drugs with uncertain benefit–risk profiles in Europe European Journal of Internal Medicine 26 (2015) 572–584

[22] Joint response to EMA public consultationA PRIME example of how EMA is pushing for accelerateurs et des laboratoires pharmaceutiqueed market approvals, but at what cost for patients? 23 December 2015

[23] Vinay Prasad «When considerd objectivly , the prospects and potential of precision oncology are sobering Precision oncology has not been shown to work, and perhaps it neverwill» The precision-oncology illusion Nature september 2016, 537 Precision medecine outlook perspective © 2016 Macmillan Publishers

22 European Medicines Agency (2015). Reflection paper on a proposal to enhance early dialogue to facilitate accelerated assessment of priority medicines (PRIME). Draft. EMA/CHMP/55760/2015

23 European Medicines Agency. Glossary. Available at http://www.ema.europa.eu/ema/index.jsp?curl=pages/document_library/landing/glossary.jsp&mid=&startLetter=I

24 Fojo T, Mailankody S, Lo A. Unintended consequences of expensive cancer therapeutics – the pursuit of marginal indications and a me-too mentality that stifles innovation and creativity. The John Conley lecture. JAMA Otolaryngol Head Neck Surg 2014;140:1225-36

25 Kim C, Prasad V, 2015. Cancer drugs approved on the basis of a surrogate end point and subsequent overall survival: An analysis of 5 years of US Food and Drug Administration approvals. JAMA Internal Medicine.