Articles

Retour à l’école… Retour à l’humain !

 

 

 

 

 

RETOUR A L’ECOLE ,  RETOUR A L’HUMAIN /MERCI LES BELGES

 

 

le collectif «Retour à l’école… Retour à l’humain», composé d’une quinzaine de professeurs liégeois, s’est formé la semaine dernière. Inquiet pour leurs élèves, ces enseignants prônent un retour de l’école en présentiel, pour tous et sans condition ET EN PARTICULIER SANS MASQUE OBLIGATOIRE

 

Un collectif de profs liégeois plaide pour le retour à l’école à 100% en présentiel… et sans masque obligatoire (rtbf.be)

 

«On est en train de casser l’apprentissage et certains enfants»  Liège Actu Publié le dimanche 4 Avril 2021  Par Laura Salamon

Pour le collectif liégeois, «l’école ne remplit plus sa mission aujourd’hui».

« Il est grand temps que les élèves retrouvent les bancs de l’école et que les enseignants se mobilisent pour cela, explique François Piret, porte-parole du collectif. Le retour à l’école ne doit pas être conditionné, car on est en train de casser l’apprentissage et certains enfants ».

Ce collectif, composé de professeurs de tous les âges, souligne : « Au fil des mois, en tant qu’enseignants et éducateurs, nous avons dû adapter nos pratiques professionnelles aux nouvelles contraintes scolaires qui nous étaient imposées par notre gouvernement.

Si ces changements ont profondément transformé notre métier au cours des derniers mois, ils ont aussi bouleversé la vie de nos élèves ».

Le collectif dénonce la détresse des jeunes  : « Nous pensons qu’aujourd’hui, l’école secondaire ne remplit plus sa mission. »

Le collectif a mis en ligne une pétition qui s’adresse à l’ensemble des professeurs de la FWB :

 

 

Pétition : Retour à l’école…Retour à l’humain ! (mesopinions.com)

 

Par un collectif de professeurs liégeois

« La crise sanitaire et politique dans laquelle notre société est plongée dure à présent depuis plus d’un an. Nous venons d’en célébrer le triste anniversaire. Au fil des mois, en tant qu’enseignants et éducateurs, nous avons dû adapter nos pratiques professionnelles aux nouvelles contraintes scolaires qui nous étaient imposées par notre gouvernement, comme autant de néologismes pédagogiques : « enseignement avec masque », « enseignement hybride », « enseignement virtuel », « enseignement en distanciel », « enseignement en présentiel »…

 

Si ces changements ont profondément transformé notre métier au cours des derniers mois, ils ont aussi bouleversé la vie de nos élèves. Comme nous, voire davantage, les jeunes ont dû modifier leurs habitudes d’apprentissage et de vie. À un âge où la fréquentation des murs de leur école devrait surtout rimer avec les mots amitié, partage, découverte, enrichissement, insouciance… nos jeunes adolescents sont aujourd’hui enfermés dans un monde scolaire inhumain. Lorsqu’ils sont à l’école, ils sont confrontés à des professeurs, des éducateurs et des camarades masqués ; lorsqu’ils sont cloîtrés à domicile, ils sont obligés de subir de longues heures de cours « en distanciel » pendant lesquelles leur seul lien avec l’école se résume à un contact désincarné avec un écran d’ordinateur ou de smartphone.

 

Les mesures sanitaires ont également touché de plein fouet la vie des familles. En l’absence d’un cadre scolaire structurant et humain, beaucoup de pères et de mères ont dû se transformer du jour au lendemain en professeurs, en psychologues, en « coachs » personnels. Ils ont dû dépenser des trésors d’inventivité et d’énergie pour soutenir leurs enfants, complètement dégoûtés par la crise.

 

 

 

Tous ces efforts ont été accomplis par les jeunes, leurs parents, leurs professeurs et éducateurs parce que nous conservions tous l’espoir que la crise serait de courte durée, parce que nous pensions accomplir ensemble un effort de solidarité nécessaire. Aujourd’hui, à l’aube d’un troisième confinement, il est temps de formuler un constat d’échec. Il est temps de poser un regard lucide sur la santé mentale de nos jeunes et sur la qualité de nos pratiques d’enseignement :

 

 

 

  •   En premier lieu, nous constatons que la détresse de nos jeunes est de plus en plus grande. Elle se manifeste sous différentes formes : manque de motivation, apathie ou décrochage scolaire, dépressions chroniques, crises d’angoisse, phobies scolaires voire, pour les cas les plus graves, tentatives de suicide. Notre jeunesse est en perte de repères et de sens.

 

 

 

  •   En second lieu, nous pensons qu’aujourd’hui, l’école secondaire ne remplit plus sa mission. Notre métier est d’abord un métier de contact, il doit le rester. En effet, l’expérience nous a appris que ce que les élèves retiennent de nos cours, ce n’est pas tant la matière que l’énergie, le soin et parfois la passion que chacun donne à voir au quotidien. Ces attitudes, les jeunes les adopteront – s’ils peuvent les ressentir en classe – et les transposeront dans les défis qu’ils se choisiront ou affronteront demain. L’enseignement doit être incarné pour être efficace et pleinement humain. Ceci n’est pas mesurable ni objectivable mais ce n’est pas rien. C’est l’essence de notre métier.

 

 

 

Pour conclure, nous pensons que l’interruption forcée des cours une semaine avant les vacances de printemps n’est une bonne nouvelle pour personne, ni pour les élèves, ni pour les parents, ni pour les professeurs, ni pour les éducateurs. Nous craignons que cette mesure n’en appelle d’autres plus sévères et que la rentrée du 19 avril soit à nouveau perturbée. Nous rappelons à Madame la ministre Caroline Désir son engagement ferme d’autoriser la réouverture de toutes les écoles secondaires à 100 %, après les vacances de Pâques. Même si nous voulons encore croire à cette réouverture, notre confiance est érodée. C’est pourquoi, en guise de manifeste, nous formulons les quatre réclamations suivantes au gouvernement­᠎­­ :

 

  1. Nous réclamons le retour immédiat des élèves à 100 % « en présentiel » ;
  2. Nous réclamons que soit acté l’échec de l’enseignement à distance, par essence inadapté à la mission de l’école ;
  3. Nous réclamons que le port du masque, au sein des établissements scolaires, se fasse sur une base volontaire, tant pour les membres du personnel que pour les élèves ;
  4. Nous réclamons que, dans la recherche de solutions pour combattre le virus, ne soit jamais envisagée la systématisation des tests et des vaccins comme condition pour enseigner et/ou pour suivre les cours.

 

 

 

Pour donner une forme concrète au mouvement que nous souhaitons initier au sein du monde éducatif belge et plus largement de la société civile, nous proposons à tous ceux qui se reconnaissent dans nos revendications de signer notre pétition et de faire circuler notre logo, facile à reproduire (sur son masque, un tableau, un mur, des stickers, les réseaux sociaux…).

 

 

 

Nous formons la société de demain. L’école n’est pas le problème, c’est la solution. »

 

MESSAGE D’ALERTE INTERNATIONAL SUR LA COVID19 AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

 

 

Mesures grotesques, absurdes et très dangereuses, impact horrible sur l’économie mondiale…autodestruction et suicide collectif. Il faut lire l’intégralité de cette lettre au président de la république, et pour les plus courageux ouvrir les liens et articles qui démontrent leurs dires.

 

 

United-Health-Professionals-France.pdf (reseauinternational.net)   IN EXTENSO CLIQUEZ SUR LE LIEN

 

 

Très Urgent : message d’alerte international sur la COVID-19   12 FEVRIER 2021

Mr Emmanuel Macron : Président de la France, Mr Jean Castex : Premier Ministre et Mr Olivier Véran, Ministre des Solidarités et de la Santé,

 EXTRAITS

Nous sommes des professionnels de santé du collectif international : United Health Professionals,

composé de plus de 1,500 membres (y compris des professeurs de médecine, des anesthésistes-réanimateurs et des infectiologues) de différents pays d’Europe, d’Afrique, d’Amérique, d’Asie et

d’Océanie et nous avons adressé le 26 Août 2020 aux gouvernements et aux citoyens des pays du monde entier un message d’alerte concernant l’épidémie de COVID. Tout d’abord, commençons par les conclusions du rapport de 2010 de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe sur la gestion de l’épidémie de H1N1 (…)

 

 

 Les conclusions majeures sont les suivantes

« 1-Levez toutes les restrictions : supprimez les mesures illégales, non scientifiques et non sanitaires suivantes : confinement, port du masque obligatoire pour les sujets sains, distanciation sociale d’un ou deux mètres.

Ces mesures folles et stupides sont des hérésies inventées en 2020 qui n’existent ni en médecine ni en santé publique et qui ne reposent sur aucune preuve scientifique.

Ce n’est pas comme ça qu’on gère une épidémie : – « Le monde est devenu fou » en mettant en place les confinements qui « vont à l’encontre de ce que l’on sait sur la gestion des pandémies de virus » (Dr Anders Tegnell, épidémiologiste en chef de la Suède, 24 Juin 2020). –

« Le taux de létalité réel semble être à peu près le même que pour la grippe, mais nous n’avons jamais introduit ces mesures drastiques auparavant, lorsque nous avons eu des pandémies de grippe » (Pr Peter Gøtzsche, 1er Décembre 2020). –

 

« La décision du confinement comme la décision des masques…ne reposent pas sur des données scientifiques… » (Pr Didier Raoult, 24 Juin 2020). –

« L’histoire naturelle du virus [le coronavirus] n’est pas influencée par des mesures sociales [confinement, masques, fermeture des restaurants, couvre-feu, etc.] …Le confinement n’a pas enclenché la décroissance des cas…Quant à la fermeture des restaurants qui avaient mis en place des protocoles sanitaires très stricts…je n’ai, bien entendu, aucun moyen de le défendre…il n’a pas du tout influencé l’épidémie…Le confinement n’a rien changé… » (Pr Philippe Parola, 3 Décembre 2020). –

« Il n’y a aucune preuve scientifique pour soutenir la règle désastreuse de deux mètres. Des recherches de mauvaise qualité sont utilisées pour justifier une politique aux conséquences énormes pour nous tous » (Professeurs Carl Heneghan et Tom Jefferson, 19 Juin 2020). –

 

« Mesures grotesques, absurdes et très dangereuses…un impact horrible sur l’économie mondiale…Autodestruction et suicide collectif… » (Pr Sucharit Bhakdi, Mars 2020. Il a aussi envoyé, à l’époque, une lettre à la Chancelière Allemande Angela Merkel).

 

Ces mesures tyranniques violent la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme dans ses articles : 3, 5, 9, 12, 13, 17, 18, 20, 26, 27, 28, 30 et la Convention Internationale des Droits de l’Enfant de l’UNICEF dans ses articles : 28, 29, 32, 37. –

 

« Lorsque l’État sait le mieux et viole les droits de l’homme, nous sommes sur une voie dangereuse. La pandémie a conduit à la violation des droits fondamentaux de l’homme…Il n’y a pas eu la moindre analyse éthique pour savoir si c’était justifié. Ça ne l’est pas » (Pr Peter Gøtzsche, 4 Décembre 2020)

 

. Obliger des gens non malades à porter des masques est non seulement une hérésie mais c’est aussi nuisible à la santé ainsi qu’à l’écologie et une maltraitance évidente : – « Dictature des masques totalement infondée » (Pr Christian Perronne, 22 Septembre 2020). -3- –

« Le couvre-feu…c’était pendant l’occupation allemande où la milice et la Gestapo venait à la maison. Et maintenant on va avoir la police débarquée à la maison pour voir s’il y a plus de six personnes à table ! C’est quoi ce délire ?! » (Pr Christian Perronne, 15 Octobre 2020). –

 

« Tous les hivers à Paris, les lits de réanimation sont totalement saturés. Nous transférons des patients…tous les hivers, en temps normal » (Pr Bruno Mégarbane, anesthésiste-réanimateur, 27 Septembre 2020)

« Dans aucune des deux vagues…toutes les réanimations n’ont été saturées, c’est faux ! » (Pr Michaël Peyromaure, 18 Janvier 2021)

 

 

.2-Ouvrez l’économie, les écoles, les universités, le transport aérien et les services hospitaliers.

 

3-Ecartez vos experts et vos conseillers qui ont des liens ou des conflits d’intérêts avec les entreprises pharmaceutiques

 

4-Exigez une enquête internationale et indépendante

 

et que les responsables de cette escroquerie soient jugés : Le 1er Octobre 2020, Reiner Fuellmich -un avocat Allemand- annonce qu’un réseau international d’avocats plaidera la plus grande affaire de délit civil de tous les temps : « Les mesures anti coronavirus ont causé et continuent de causer des dommages si dévastateurs à la santé et à l’économie de la population mondiale que les crimes commis par (…) l’OMS doivent être légalement qualifiés de véritables crimes contre l’humanité tel que défini dans la section 7 du code pénal international ».

Il a dit aussi qu’on doit parler d’un « scandale du coronavirus et les responsables doivent être poursuivis pénalement et pour dommages civils ».

 

 

(…) Les effets du confinement « ont été absolument délétères. Ils n’ont pas sauvé les vies qu’ils avaient annoncées pouvoir être capable de sauver…C’est une arme de destruction massive dont on voit les effets sanitaires…sociaux…économiques…qui forment la réelle deuxième vague » (Pr Jean-François Toussaint, 24 Septembre 2020).

 

Emprisonner son peuple est un crime contre l’humanité que même les nazis n’ont pas commis !

 

– « Ce pays vit une erreur dramatique…qu’est-ce qu’on va suggérer ? Que tout le monde reste enfermé toute sa vie parce qu’il y a des virus dehors ? Mais vous êtes tous fous, vous êtes devenus tous cinglés ! …on est en train de mettre le feu à la planète » (Pr Didier Raoult, 27 Octobre 2020).

 

« C’est un grand délire mais qui est instrumentalisé par big pharma et aussi les politiciens…C’est une peur qui est organisée pour des raisons politiques et économiques » (Pr Christian Perronne, 31 Août 2020).

 

– « Il ne s’agit que d’une arnaque mondiale pour générer des profits monstrueux, renflouer les banques et pendant ce temps ruiner les classes moyennes au nom d’une épidémie…rendue destructrice p par des mesures liberticides prétendument sanitaires » (Dr Nicole Delépine, 18 Décembre 2020). –

 

« Nous avons des preuves médicales qu’il s’agit d’une escroquerie » (Dr Heiko Schöning, Juillet 2020).

 

 

5-Ne suivez plus aveuglément les recommandations de l’OMS et exigez qu’elle soit totalement réformée :

 

6-Utilisez les mesures reconnues pour la gestion des épidémies

 

7-Responsabilisez les médias

Ils doivent, par exemple, arrêter de parler du coronavirus.

 

 

 8-Supprimez l’obligation de tests

 

Les gens qui incitent à rendre ces tests obligatoires escroquent les gouvernements et visent uniquement des objectifs économiques. Rien dans ce coronavirus (qui est un virus bénin et avec un taux de létalité faible) ne le justifie. La grippe infecte chaque année un milliard de personnes, soit beaucoup plus que le SARS-CoV-2, se propage plus rapidement et comporte plus de populations à risque et pourtant, aucun test n’est exigé pour les voyages

 

 

 

9-Arrêtez les campagnes de vaccination et refusez l’escroquerie du passeport pseudo-sanitaire qui est en réalité un projet politico-commercial : –

 

« On n’en a aucun besoin [le vaccin] …Tout ça, c’est une histoire purement commerciale » (Pr Christian Perronne, 16 Juin 2020)

 

Le vaccin COVID est « tellement, tellement inutile » (Pr Sucharit Bhakdi, 2 Décembre 2020).

 

– « Je n’ai jamais vu dans l’histoire de la médecine qu’on développe en urgence des vaccins pour vacciner des millions, des milliards d’individus pour un virus qui ne tue plus sauf des personnes à risque qu’on peut identifier, qu’on pourrait traiter…Je n’ai jamais vu un vaccin comme ça sortir du chapeau en deux mois ! Il faut des années ! » (Pr Christian Perronne, 2 Décembre 2020).

 

À la question : « On n’a pas besoin d’un vaccin général pour l’humanité entière avec 0,05% de morts ? », le Pr Christian Perronne a répondu : « C’est une évidence ! ».

 

– Le 30 Novembre 2020 : le Pr Christian Perronne rédige une lettre où il alerte sur le danger des vaccins à base de génie génétique :

 

« Les personnes qui font la promotion de ces thérapies géniques, faussement appelées « vaccins », sont des apprentis sorciers et prennent (…) les citoyens du monde pour des cobayes ».

 

 

-Si les gens acceptent le vaccin, ça sera : « une erreur parce qu’on risque d’avoir des effets absolument imprévisibles : par exemple, des cancers…On joue à l’apprenti sorcier totalement… Il ne faut pas que l’homme serve de cobaye, il ne faut pas que les enfants servent de cobayes, c’est absolument non éthique. Il ne faut pas qu’il y ait des morts à cause des vaccins » (Pr Luc Montagnier, Virologue et prix Nobel de médecine, 17 Décembre 2020).

 

-En Suisse, un collectif de 700 médecins et professionnels de la santé a demandé le 15 Janvier 2021 d’interrompre la campagne de vaccination.

 

Le virus est totalement innocent dans ce qui se passe (la pauvreté, les pertes d’emploi, les suicides, les morts, la récession économique, le chômage, etc.) et les vrais coupables sont ceux qui ont poussé le monde à utiliser ces mesures et les gouvernements qui continuent d’appliquer ces mesures malgré les alertes et les avertissements.

 

« La Banque mondiale vient d’estimer que la pandémie de coronavirus a provoqué une augmentation d’environ 100 millions de personnes vivant dans l’extrême pauvreté. Ce n’est pas à cause du COVID-19. C’est à cause des mesures draconiennes que nous avons mises en place »

 

(Pr Peter Gøtzsche, 1 er Décembre 2020). La discordance et la disproportion entre le niveau de dangerosité du virus et l’importance des mesures prises (qui sont en plus totalement hérétiques) sont tellement flagrantes que ça pousse inéluctablement à la conclusion qu’il y a d’autres objectifs derrière. »

 

 

Le collectif insiste pour que le président lise la lettre et annexes de près pour éviter ce qui est arrivé par exemple au gouvernement philippin.

 

« Ne faites pas l’erreur de sous-estimer notre lettre ou de l’ignorer. Voici 2 exemples de ce qui se passe lorsqu’un gouvernement fait cette erreur.

 

Malgré les alertes de plusieurs experts sur le danger du Dengvaxia (vaccin contre la dengue), le gouvernement Philippin a décidé en 2016 de lancer une campagne de vaccination qui s’est terminée, plus tard, par un scandale d’état. En effet, selon le bureau de la procureure Persida Acosta, 500 enfants sont décédés à la suite de ce vaccin et plusieurs milliers sont malades.

 

Pour la procureure, les responsabilités se partagent entre le laboratoire qui a vendu « un vaccin dangereux » et le gouvernement qui a mis en place une campagne de vaccination « massive et indiscriminée », dans des conditions déplorables. Ce vaccin s’annonçait pourtant comme un triomphe planétaire. »

 

Le 2e exemple est celui du scandale du vaccin H1N1 qui a été acheté par plusieurs pays malgré les alertes du Dr Wolfgang Wodarg, président de la commission santé de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, alerte : « Fausses pandémies ») .Le vaccin a fait, rien qu’en Europe, 1500 victimes de narcolepsie dont 80% d’enfants à tel point que le 24 Novembre 2013, le ministre des Affaires sociales de la Suède, Göran Hägglund, s’est dit prêt à présenter des excuses publiques aux victimes du vaccin contre la grippe A.

 

 

 

Voici les extraits que nous avons choisis de cette lettre au président.

Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer nos salutations respectueuses. Le collectif international : United Health Professionals

 

 

 

VOILA QUELQUES PISTES DE REFLEXION POUR LE PRESIDENT, nos élus, vos voisins et amis et ennemis qui accepteraient de lire… Diffusons largement.