Dangers sanitaires des pesticides, la France 4ème utilisateur mondial

La France est le quatrième utilisateur mondial (après les USA, le Brésil et la Chine) et le premier des 28 états européens en quantité de pesticides utilisés, avec près de 100.000 tonnes utilisées chaque année en milieu agricole, auxquels s’ajoutent les produits à usage domestique ou de loisir.

Les pesticides permettent de combattre des parasites susceptibles de nuire à notre santé, à notre sécurité ou à notre approvisionnement alimentaire. Les produits sont divers avec 9.000 produits pesticides commercialisés en France, ce qui représente environ 900 substances actives.

Les pesticides forment un groupe de produits chimiques qui comprend :

  • Les insecticides – contre les insectes ravageurs
  • Les herbicides – contre les mauvaises herbes
  • Les fongicides – contre les maladies causées par les champignons
  • Les rodenticides – contre les rongeurs
  • Les fumigènes – substances utilisées sous forme gazeuse afin d’éliminer les insectes

Mais aussi les agents microbiologiques ou chimiques utilisés pour éliminer les algues, les limaces et les œufs d’insectes.

Modes et circonstances de contamination

Que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de la maison, une personne peut être exposée aux pesticides de différentes manières :

  • par la peau – absorption cutanée;
  • par les poumons – inhalation;
  • par la bouche – en ingérant des résidus présents sur les légumes et les fruits, en buvant de l’eau contaminée ou en portant les mains contaminées à la bouche.

À la maison

Sur les pelouses et jardins : contre les moustiques, les guêpes, les limaces, les lichens

Dans la maison : contre les fourmis, les termites et les coquerelles, les souris

Pesticides de l’extérieur introduits dans la maison : travailleurs en contact avec des pesticides qui rapportent à la maison des résidus sur leurs vêtements

A l’extérieur

Pesticides transportés par l’air, l’eau ou le sol contaminé par une zone voisine ayant été traitée (ferme ou de la pelouse d’un voisin)

Utilisation de pesticides la sécurité de la population (pulvérisation de pesticides pour éliminer les moustiques dans une commune)

Utilisation de pesticides dans les parcs, aires récréatives et autres lieux publics

Dans l’alimentation

Petites quantités de pesticides sur les fruits et légumes (résidus après la récolte, l’entreposage ou le transport)

Eau potable contaminée par des pesticides (contamination provenant d’une région traitée)

Au travail

Pesticides utilisés sur les fermes pour éviter les dommages aux cultures en croissance, aux récoltes entreposées et au bétail ou pour préserver les aliments durant leur transport

Pesticides utilisés dans les espaces verts servant à des fins récréatives ou sportives – ex. : terrains de golf, de foot, de rugby

Usines de fabrication ou transport de pesticides

Risque majoré pour les enfants

Les enfants risquent d’être exposés à des concentrations plus élevées de pesticides que les adultes parce que : certaines de leurs activités augmentent le risque d’exposition – par exemple lorsque les enfants rampent et jouent dans de l’herbe ou dans des jardins traités aux pesticides ou qu’ils portent des objets contaminés à leur bouche.

Les pesticides peuvent être absorbés plus facilement par leur peau.

Ils absorbent davantage d’air, d’eau et de nourriture par rapport à leur poids corporel en comparaison des adultes, ce qui accroît leur niveau total d’exposition.
L’exposition aux pesticides peut causer plus de tort aux enfants puisque leurs organismes sont encore en croissance et ne sont pas nécessairement en mesure de tolérer ces substances.

Les enfants peuvent aussi être exposés à des pesticides potentiellement dangereux par l’intermédiaire de leurs parents.

Il existe en effet des données indiquant que les enfants dont les parents travaillent avec des pesticides courent un risque accru d’exposition à la maison.

L’exposition prénatale (avant la naissance) pourrait être un autre type d’exposition possible. Certaines études donnent à penser que le moment où l’exposition aux pesticides a lieu, par exemple avant la naissance, pourrait jouer un rôle important.

La population exposée est nombreuse avec 664.000 exploitations agricoles correspondant à une population active familiale de 1.155.000 personnes employant environ 154.000 salariés permanents, plus les jardiniers occasionnels.

Le risque cancérigène des pesticides.

Les effets sur la santé sont bien connus pour les intoxications aiguës, mais mal connus pour les expositions modérées ou prolongées. Trois effets potentiels ont déjà été identifiés par des études épidémiologiques : cancers, troubles neurologiques chroniques et troubles de la reproduction.

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), l’agence de protection de l’environnement des États-Unis (US Environmental Protection Agency) et le programme national américain de toxicologie (National Toxicology Program) classent les pesticides en fonction de leur lien avec le cancer.

Le CIRC a évalué une soixantaine de pesticides et classé le lindane ainsi l’arsenic parmi les carcinogènes certain (groupe 1). Le lindane a servi au traitement des poux de tête, mais les produits thérapeutiques contenant du lindane ne sont plus vendus sur le marché canadien.

L’application d’insecticides non arsenicaux en milieu professionnel, le captafol et le dibromure d’éthylène ont été classés comme cancérogènes probables (groupe 2A).

Dix-neuf molécules sont classées comme cancérogènes possibles (2B) par le CIRC : l’aramite, le chlordane, le chlordécone, le DDT (dichloro-diphényl-trichloroéthane) ou encore les phytohormones, l’hexachlorocyclohexane (Lindane), le chlorothalonil, le 1.2- Dibromo-3-chloropropane, le para-dichlorobenzène, le dichlorvos, l’heptachlor, l’hexachlorobenzène, les composés de méthylmercure, le mirex, le naphtalène, le nitrofène, l’oxyde de propylène, l’ortho-Phénylphénate de sodium, toxaphène (polychlorés camphènes).

D’autres substances sont inclassables quant à leur cancérogénicité en l’état actuel des connaissances (groupe 3 du CIRC) : il s’agit du 2-phényl phénol (microbiocide), l’aminotriazole ou amitrole (herbicide), le captane (fongicide), le deltamethrine (insecticide), l’ethylène (régulateur de croissance), le fluometuron (herbicide), le manèbe (fongicide), le thirame (fongicide) et le zirame (fongicide).

En mars 2015, le glyphosate (herbicide), le malathion et le diazinon (insecticides) ont été classés cancérogènes probables pour l’homme (groupe 2A) par le CIRC. Et les insecticides tétrachlorvinphos et parathion ont quant à eux, été classés cancérogènes possibles pour l’homme (groupe 2B). (Guyton et al. 2015)  pas assez de données probantes pour pouvoir tirer des conclusions définitives.

Des études ont été menées auprès de personnes qui répandent des pesticides en milieu rural afin de savoir dans quelle mesure elles développent des cancers et combien en meurent.

Selon les résultats de ces travaux, ces professionnels courent un risque plus élevé que la moyenne de développer un lymphome non hodgkinienune leucémie, un myélome multiple, un cancer de la prostate, un cancer du cerveau ou un cancer du sein.

Une étude américaine sur la santé et l’agriculture (US Agricultural Health Study)a constaté une incidence de cancer de la prostate plus élevée que la moyenne chez les hommes ayant effectué l’épandage de pesticides.

L’utilisation du  chlordécone dans les plantations de bananiers  aux Antilles s’est soldé par une augmentation franche de la fréquence des cancers de la prostate

Plusieurs relevés épidémiologiques en France comme aux USA  sur les agriculteurs et les travailleurs agricoles montrent un risque accru de leucémies myéloïdes, en particulier la leucémie aiguë myéloblastique.

L’étude française Céréphy a comparé la fréquence d’exposition à des facteurs de risque professionnels et environnementaux,(et en  particulier les pesticides), chez des patients atteints de tumeurs cérébrales et chez des témoins de la population générale.

Selon les résultats déjà obtenus, les sujets les plus exposés professionnellement aux pesticides ont 2,6 fois plus de risque d’être atteint de tumeur cérébrale (parmi les tumeurs cérébrales, le risque de développer un gliome est multiplié par 3,2).

Par ailleurs, les sujets déclarant traiter régulièrement les plantes d’intérieur ont un risque 2, 6 fois plus élevé (équivalent au sur risque des professionnels) [1]

Une étude américaine a montré que les petites filles ayant été exposées in utero au DDT dans les années 60 ont aujourd’hui plus de risque d’avoir un cancer du sein.[2]

Le risque neurologique des pesticides

La toxicité sur le système nerveux central augmente le risque d’apparition de la maladie de Parkinson. Plusieurs études américaines ont mis en évidence un lien entre pesticides et maladie de Parkinson. [3],[4]

Depuis mai 2012, les agriculteurs peuvent faire reconnaître comme maladie professionnelle une maladie de Parkinson causée par les pesticides.

 

Une expertise collective réalisée par l’INSERM en juin 2013 évoquait « la présomption d’un lien entre l’exposition aux pesticides et la maladie d’Alzheimer ».  Cette suspicion a depuis été étayée par plusieurs travaux montrant que l’exposition au DDT (interdit depuis 1972 dans les pays riches mais encore utilisé dans les pays du Sud en lutte contre le paludisme) augmente par quatre le risque d’Alzheimer[5],[6]

L’étude Phytoner menée par l’université de Bordeaux, en collaboration avec les services de la médecine du travail et publiée en 2012 a démontré que l’exposition professionnelle aux pesticides chez les ouvriers viticoles girondins pouvait réduire leurs capacités cognitives.   [7]

Ce risque est accru chez l’enfant. Ainsi, une étude mexicaine a montré que des populations d’enfants âgés de 4 à 5 ans exposés à des pesticides avaient une moins bonne coordination motrice, une mémoire à trente minutes moins bonne et de moins bonnes aptitudes à dessiner.[8]

L’exposition professionnelle aux pesticides augmenterait également  le risque de dépression et de suicide.[9]

Les atteintes de la fertilité et les pesticides

Une étude menée sur une population de femmes canadiennes ayant des problèmes de fertilité montre que le facteur prédominant réside dans la préparation/application d’herbicides, risque 27 fois plus élevé que l’âge du partenaire (4,5 fois ) ou encore que  le surpoids (3,5 fois). [10]

Une étude danoise montre que les garçons dont les mères ont travaillé dans des serres où ont été  utilisés des pesticides pendant leur grossesse ont un développement des fonctions reproductrices perturbé. position de l’urètre ainsi que la concentration sérique des hormones sexuelles.

La prévalence du cryptorchidisme (testicules non descendus) était plus importante chez les garçons des mères exposées que chez ceux des mères non exposées.[11],[12]

Une étude américaine a fait le lien entre  mauvaise qualité du sperme et nombre de résidus de pesticides trouvés dans les urines. Plus il y a de pesticides, moins le sperme est de bonne qualité chez ceux nés de mères exposées aux pesticides dans les serres que chez les garçons des mères non exposées.  [13]

 

En France, l’Institut de veille sanitaire ( InVS ) a réalisé l’an dernier une étude pour comparer l’évolution de la qualité du sperme chez les hommes en fonction des disparités régionales.

Les régions les plus touchées sont aussi celles où les activités agricoles sont très présentes. D’après Hugues Reynes, spécialiste de la fertilité: « Entre 15 et 25% de couples ont un problème de fertilité alors qu’il y a un certain nombre d’années, c’était 10% et pas plus. On voit bien qu’il y a un impact de l’environnement sur la fertilité« .

L’andrologue Sylvain Mimoun complète  « On donne à manger des hormones aux hommes, et notamment des hormones féminines, parmi ces lesquelles des xéno-oestrogènes (des perturbateurs endocriniens), qui font partie des pesticides ».

La France : toujours championne des pesticides en Europe

Suite au rapport parlementaire de 2009 qui plaidait pour la poursuite des pesticides, le plan Ecophyto de réduction de l’usage des pesticides,lancé par le Grenelle de l’environnement en 2008, s’est avéré incapable d’inverser la dépendance de l’agriculture française à la chimie. Malgré une vraie demande de la société, l’utilisation des pesticides a augmenté dans l’hexagone !

Face à ce constat,un rapport parlementaire présenté au Premier ministre en décembre 2014 préconise une refonte des politiques publiques et de la recherche autour de cet objectif , mais il est à craindre que les lobbies de l’agrochimie retardent,une fois de plus,  les mesures urgentes nécessaires.

Mesures individuelles à prendre en attendant  le bon vouloir des autorités.

Pulvérisation de pesticides

Si un voisin ou quelqu’un d’autre utilise des pesticides à l’extérieur non loin de votre résidence, demeurez dans la maison, ainsi que vos enfants et vos animaux. Fermez les fenêtres et les portes.

Demandez à vos voisins de vous informer à l’avance de toute pulvérisation de pesticides sur leur pelouse.

Gardez toute la famille loin des surfaces traitées aux pesticides pendant au moins 48 heures  – cette recommandation vaut particulièrement pour les enfants et les animaux.

Soyez à l’affût d’écriteaux plantés sur les espaces verts indiquant qu’ils ont récemment été traités aux pesticides, et évitez de vous promener ou de jouer dans ces endroits.

Si vous vivez, travaillez ou jouez près de zones agricoles où on utilise des pesticides :

Attendez au moins 48 heures avant de vous rendre dans des endroits qui ont été pulvérisés.

Demandez à votre communauté d’assurer la présence d’écriteaux dans les zones traitées aux pesticides.

Demeurez à l’intérieur durant l’épandage de pesticides et gardez vos portes extérieures et fenêtres fermées.

Pelouses et jardins
On devrait toujours limiter le plus possible l’exposition aux pesticides. Si vous devez éliminer des ravageurs qui menacent votre pelouse ou votre jardin, essayez d’opter pour des solutions de remplacement plus sûres.

La Société canadienne du cancer recommande les méthodes suivantes :

Arrachez les mauvaises herbes à la racine.

Arrosez suffisamment, mais pas trop – deux centimètres d’eau devraient suffire.

Placez un contenant sur le gazon au moment de l’arrosage pour vous aider à mesurer la quantité.

Ne coupez jamais plus du tiers de la longueur de l’herbe, sinon vous risquez de rendre votre pelouse plus vulnérable aux mauvaises herbes et aux maladies.

Tondez la pelouse plus court au printemps et réglez les lames de la tondeuse plus haut au fur et à mesure que l’été avance pour renforcer le système radiculaire.

Aérez votre pelouse afin de permettre à l’humidité et aux nutriments d’atteindre les racines de l’herbe.

Au besoin, déchaumez votre pelouse à l’aide d’un râteau robuste afin de retirer l’amas d’herbes et de racines mortes accumulées à la surface du sol.

 

Résidus de pesticides sur les légumes et les fruits
Les pesticides sont utilisés lors de la croissance, de l’entreposage ou du transport de légumes et de fruits ; il peut parfois subsister des traces (résidus) de pesticides sur les produits.

Voici comment réduire et souvent éliminer les résidus de pesticides sur les légumes et fruits frais que vous consommez :

Lavez soigneusement tous les légumes et fruits frais à l’eau courante.

Utilisez une petite brosse pour nettoyer au besoin la peau comestible des légumes et des fruits – par exemple la peau des pommes, des pommes de terre ou des concombres.

Pelez les légumes et les fruits et retirez les premières branches des légumes-feuilles avant de les laver soigneusement.

Protection de votre santé et de celle des autres en milieu de travail

  • Lisez soigneusement les renseignements du produit relativement aux pesticides et suivez les instructions du fabricant.
  • Réduisez la quantité de pesticides utilisés.
  • Limitez la dérive ainsi que la contamination de l’environnement. Par exemple, créez une zone tampon – laissez une bande de terre libre de pesticides aux abords de la zone traitée. Appliquez les pesticides par pulvérisation lors d’une journée sans vent et sous une température inférieure à 25 ◦C.
  • N’utilisez pas de pesticides là où se trouvent des enfants ou des animaux.
  • Respectez les exigences en matière de santé et sécurité au travail – par exemple, le délai à respecter avant de retourner dans un endroit qui a été traité aux pesticides.
  • Portez des vêtements protecteurs – par exemple des gants et un masque, conformément aux directives figurant sur l’étiquette, et retirez vos lentilles cornéennes s’il y a lieu avant la pulvérisation.
  • Ne portez pas à la maison des vêtements que vous avez utilisés pour travailler avec des pesticides.
  • Lavez les vêtements de travail séparément et après chaque utilisation.
  • Pendant la manipulation de pesticides, abstenez-vous de fumer, de boire ou de manger; ne vous frottez pas les yeux et ne portez pas non plus les mains à votre bouche. Lavez vos mains immédiatement après l’utilisation de pesticides.
  • N’entreposez jamais de pesticides près d’aliments ou de boissons.
  • Ne transvidez pas les pesticides dans un autre contenant pour l’entreposage. Cela vous empêchera, vous ou quelqu’un d’autre, de les utiliser par erreur. Ne jetez pas non plus les directives de sécurité provenant de l’emballage original
  • Mettez au rebut les contenants de pesticides de la manière indiquée sur l’étiquette. Communiquez avec les autorités municipales de votre région pour savoir comment disposer des pesticides non utilisés.
  • Rangez les pesticides hors de la portée des enfants.
  • Placez des écriteaux afin de prévenir les gens qu’une surface sera traitée aux pesticides.

 

Bibliographie

[1] Provost D, Cantagrel A, Lebailly P, Jaffré A, Loyant V, Loiseau H, Vital A, Brochard P, Baldi I., Brain tumours and exposure to pesticides: a case-control study in southwestern France. Occup Environ Med. 2007 Aug;64(8):509-14.

[2] Cohn BA, La Merrill M, Krigbaum NY, Yeh G, Park JS, Zimmermann L, Cirillo PM. DDT Exposure in Utero and Breast Cancer. J Clin Endocrinol Metab. 2015 Jun 16

[3] Costello S, Cockburn M, Bronstein J, Zhang X, Ritz B., Parkinson’s disease and residential exposure to maneb and paraquat from agricultural applications in the central valley of California. Am J Epidemiol. 2009 Apr 15;169(8):919-26

[4] Rugbjerg K, Harris MA, Shen H, Marion SA, Tsui JK, Teschke K. Pesticide exposure and risk of Parkinson’s disease – a population-based case-control study evaluating the potential for recall bias. Scand J Work Environ Health. 2011 Jan 1

[5] Richardson J, et al Elevated serum pesticide levels and risk for Alzheimer disease JAMA Neurol 2014

[6] K.M. Hayden, M.C. Norton, D. Darcey, T. Ostbye, P.P. Zandi, J.C. Breitner, K.A. Welsh-Bohmer. Occupational exposure to pesticides increases the risk of incident AD: the Cache County study. Neurology, 74 (2010)

[7]  Neurobehavioral effects of long-term exposure to pesticides: results from the 4-year follow-up of the PHYTONER Study, Occup Environ Med 2011.

[8] Guillette EA, Meza MM, Aquilar MG, Soto AD, Garcia IE., An anthropological approach to the evaluation of preschool children exposed to pesticides in Mexico. Environ Health Perspect., 1998 Jun;106(6):347-53.

[9] London L1, Flisher AJ, Wesseling C, Mergler D, Kromhout H.Suicide and exposure to organophosphate insecticides: cause or effect? Am J Ind Med. 2005 Apr;47(4):308-21.

[10]  Risk factors for female infertility in an agricultural region », Greenlee AR, Arbuckle TE, Chyou PH, Epidemiology. 2003 Jul;14(4):429-36.

[11] Impaired Reproductive Development in Sons of Women Occupationally Exposed to Pesticides during Pregnancy, Andersen al. 2008

[12] Botella B, Crespo J, Rivas A, Cerrillo I,Olea-Serrano MF, Olea N. Exposure of women to organochlorine pesticides in Southern Spain. Environ Res

[13] Semen Quality In Relation to Biomarkers of Pesticide Exposure, Swan et al. EHP 111:1478-1484, 2003

Les dépistages des cancers sont-ils aussi utiles que l’on nous les présente ?

Rédaction : Dr Nicole et Gérard Delépine

Ne pas confondre prévention et dépistage !

Le dépistage recherche une maladie supposée pouvoir exister chez des personnes qui n’en présentent aucun signe. Le but allégué est de reconnaître et de traiter la maladie au stade le plus précoce possible, espérant ainsi augmenter le pourcentage de guérison de la maladie et l’espérance de vie des personnes dépistées. Hypothèse séduisante, voire intuitive mais non démontrée.

Comme les cancers représentent une cause majeure de mortalité et que leur traitement est souvent plus facile et plus efficace lorsqu’il s’adresse aux plus petites tumeurs, le dépistage parait, théoriquement, une méthode prometteuse pour diminuer la mortalité.

Un bon indice d’efficacité serait la diminution de l’incidence des tumeurs découvertes à un stade très avancé, mais bien d’autres facteurs peuvent être en cause comme la grande médicalisation des Français. Ainsi, l’efficacité et l’innocuité des dépistages restent à démontrer.

Les tests de dépistage ne sont pas toujours anodins.

Complications

L’examen endoscopique du colon peut être compliqué de perforation ou de nécrose colique. Les examens radiologiques (radio ou scanner qui utilisent des rayons x) ou scintigraphiques (qui injectent des particules ionisantes), répétés, exposent au cancer radio-induit (2 à 11/100000 mammographies, d’après l’US Preventive task force).

Erreurs

Les tests peuvent induire en erreur, qu’il s’agisse de faux négatifs (qui rassurent à tort en ignorant un cancer présent) ou de faux positifs (faisant craindre un cancer qui n’existe pas et incitant à des traitements inutiles). Le surdiagnostic est la découverte, par le dépistage, chez une personne qui ne souffre de rien, d’un cancer qui n’évolue pas et qui n’aurait jamais mis la vie de la personne en danger (qui serait décédée d’autre chose), mais qui incite au traitement (sur traitement). La notion de surdiagnostic est conceptuellement identique à celle de pseudo-cancer ou de faux positif. En effet, si tout gros cancer évolutif a été un jour petit, un petit cancer ne devient pas forcément grand. Certains petits cancers du sein détectés par mammographie peuvent même disparaître spontanément.

Quel que soit le test et les précautions prises, la découverte précoce d’un cancer n’augmente pas forcément, ni les chances de guérison du cancer, ni l’espérance de vie du « patient » non malade au sens propre. Les bénéfices éventuels du dépistage sur la mortalité spécifique (liée directement au cancer) sont contre balancés par les risques de surdiagnostics et les complications des surtraitements.

Étude du bénéfice-risque

Pour évaluer l’intérêt pour une personne bien portante de se soumettre au dépistage, on ne doit pas se baser sur le seul bénéfice éventuel (diminution de la mortalité du cancer dépisté par la comparaison des taux de survie spécifique avec et sans dépistage). Il faut mettre en balance les bénéfices et les complications du dépistage.

Ce bilan avantages/risques des dépistages peut être mesuré par la comparaison, lors d’un essai, prospectif et randomisé, des taux de survie toutes causes confondues (mortalité globale des personnes qui se soumettent au dépistage et des autres) qui représentent l’étalon or de tout dépistage.

Le bilan avantages/risques doit aussi tenir compte des complications fonctionnelles et des séquelles des surtraitements.

Finalement les dépistages des cancers sont-ils utiles ?

Rappelons que la seule justification d’un dépistage devrait être d’augmenter la durée de vie des sujets qui s’y prêtent (et non de calmer l’angoisse d’avoir un cancer). Celle-ci peut être mesurée par l’espérance de vie ou le taux de mortalité toutes causes confondues. Les apôtres du dépistage publient trop souvent uniquement le gain de survie spécifique sur la tumeur cible qui est un indice d’efficacité sur le cancer, mais qui oublie toutes les complications du dépistage et des traitements qui sont ensuite administrés.

Dépistages inutiles, voire nocifs

De nombreux dépistages ont fait la preuve de leur inutilité et parfois de leur nocivité et ont été abandonnés.

Le dépistage des neuroblastomes de la première enfance par le dosage urinaire des catécholamines a été incapable de diminuer la mortalité spécifique, ni la mortalité toutes causes confondues, et a entraîné un surdiagnostic massif et des surtraitements dommageables menant à son abandon par ses promoteurs japonais, canadiens ou allemands.

L’inutilité du dépistage du cancer broncho pulmonaire par radiographie annuelle ou scanner spiralé a motivé son abandon.

Et la thyroïde !

Le dépistage des petits cancers thyroïdiens par l’imagerie médicale moderne constitue une catastrophe sanitaire méconnue, avec une explosion des cas diagnostiqués (incidence multipliée par 7 chez les femmes et 8 chez les hommes) avec plus de 46000 surdiagnostics en France entre 1988 et 2007, presque toujours suivis de surtraitements agressifs.

Au niveau mondial, d‘après l’Agence Internationale sur le Cancer, il y aurait eu près de 500000 femmes sur traitées par des ablations complètes de la thyroïde, souvent associées à l’ablation des ganglions du cou et/ou la radiothérapie, sans bénéfices en termes d’amélioration de survie et mais source dans tous les cas d’inconfort et de séquelles.

 

 

From Surveillance, Epidemiology, and End Results (SEER 9), 1975 to 2009

Le dépistage du cancer de la prostate, grand désastre de santé publique !

Le dépistage du cancer de prostate par le dosage des PSA a été qualité par J. Ablin, inventeur de ce marqueur biologique de « grand désastre de santé publique ».

L’essai américain PLSO ne retrouve aucun bénéfice, ni de survie spécifique, ni de survie toutes causes confondues et beaucoup de complications chez les sujets surtraités. Dans l’essai européen, la diminution de la mortalité spécifique est faible et ne s’accompagne d’aucune amélioration, ni de l’espérance de vie toutes causes confondues, ni de la qualité de vie.

La biopsie prostatique est suivie de complications augmentant la mortalité précoce et la révélation du diagnostic expose à un risque accru de suicide et d’attaques cardiaques.

Ce dépistage, lorsqu’il est positif, transforme un homme sain en cancéreux hanté par le sentiment de sa mort prochaine et qui, s’il s’est fait traiter, est trop souvent impuissant, incontinent et/ou douloureux. Globalement, lorsqu’on se fait dépister, on ne vit pas plus vieux, mais la vie, moins agréable, paraît plus longue. Le dépistage par PSA est pour cela déconseillé par toutes les agences sanitaires du monde entier (dont la HAS et l’agence américaine).

Le dépistage du cancer du sein, pourvoyeur de trop de malheurs inutiles, d’angoisses et de dépenses somptuaires.

Le dépistage par la mammographie se révèle incapable de diminuer l’incidence des formes avancées du cancer du sein, les seules à haut risque !

Schéma tiré de l’article de Bleyer « Effect of Three Decades of Screening Mammography on Breast-Cancer Incidence Archie Bleyer N Engl J Med 2012;367:1998-2005 »

Son efficacité sur la mortalité spécifique est au mieux faible et parfois apparaît nulle. Son efficacité sur la mortalité toutes causes confondues est nulle, lorsqu’elle est rapportée.

En France, le dépistage organisé du cancer du sein a débuté il y a 24 ans et a été généralisé en 2004. Curieusement, à ce jour, malgré le recul important, l’importance des dépenses engagées, le nombre de participantes et l’abondance de la bureaucratie de soutien, aucune étude française sérieuse sur l’efficacité réelle de ce dépistage sur la survie spécifique et sur la survie toutes causes confondues n’a été publiée.

Les membres du comité et experts auditionnés lors de la concertation citoyenne récente ont noté l’absence de données sur l’efficacité du dépistage organisé en France : pas d’essai clinique, pas d’étude observationnelle, malgré l’existence de cohortes et de la base de données sur les prescriptions et hospitalisations de l’assurance maladie. Le rapport bénéfices – risques de ce dépistage français n’a donc jamais été évalué. La propagande officielle souligne qu’un taux important de cancers de petite taille (30 %) et de cancers sans envahissement ganglionnaire (69 %) sont détectés grâce au dépistage. Mais cela plaide plutôt pour un taux élevé de surdiagnostics.

Des études suèdoise, danoise et australienne ont conclu que la réduction de la mortalité par cancer n’est pas liée au dépistage, mais plus probablement à l’amélioration des traitements.

La dernière actualisation de l’étude prospective randomisée canadienne, portant sur 89835 femmes suivies 25 ans, confirme que le dépistage n’apporte aucun bénéfice de mortalité spécifique et une aggravation (non significative) de mortalité toutes causes confondues chez les femmes qui le subissent, tandis que le surdiagnostic entraîne de lourdes séquelles.

Etude canadienne. Survie toute cause confondue observée avec et sans dépistage

La dernière synthèse officielle des études comparatives sur l’efficacité du dépistage par mammographie sur la mortalité spécifique émanant du réseau Cochrane conclue : « pour 2 000 femmes invitées à participer à un dépistage au cours d’une période de 10 ans, un décès par cancer du sein sera évité et 10 femmes en bonne santé qui n’auraient pas été diagnostiquées si elles n’avaient pas participé au dépistage seront traitées inutilement. En outre, plus de 200 femmes se trouveront dans une situation de détresse psychologique, d’anxiété et d’incertitude importantes pendant des années en raison de résultats faussement positifs.».

Selon la conclusion de N. M. Hadler: «la mammographie inflige aux femmes dépistées un excédent de procédures chirurgicales, et de traitements adjuvants sans utilité démontrable ».

L’organisme de prévention US vient de rappeler qu’il ne faut pas pratiquer de dépistage mammographique en dessous de 50 ans, car avant cet âge, il est clairement délétère.

Le « medical swiss board » a conseillé en 2014 de ne plus lancer de programmes de dépistage organisé, et de limiter dans le temps les programmes de dépistage en cours.

En France, la toute récente concertation citoyenne et scientifique sur le dépistage du cancer du sein a reconnu l’absence de preuves d’efficacité du dépistage organisé sur la survie toutes causes confondues enlevant toute justification médicale à une dépense publique globale de 1,5 milliard d’euros par an. Mais elle ne préconise que la suppression du dépistage avant 50 ans et la « prise en considération de la controverse dans l’information fournie aux femmes et dans l’information et la formation des professionnels »…

Schéma extrait de ‘Abolishing Mammography Screening Programs? A View from the Swiss Medical Board n engl j med 2014 370;21’

Le dépistage du cancer du colon

réduit la mortalité spécifique de cette tumeur d’environ 15%, mais n’a pas, jusqu’ici, démontré qu’il pouvait diminuer la mortalité toutes causes confondues.

La coloscopie présente des risques, mais la résection des polypes constitue une véritable prévention de certains cancers et est parfois créditée au moins partiellement de la diminution de l’incidence des cancers colo-rectaux constatée dans de nombreux pays dans lesquels la coloscopie est pratiquée.

De nouveaux essais randomisés sont nécessaires, conçus pour rechercher un gain éventuel de survie toutes causes confondues, qui seule pourrait, le cas échéant, valider ce dépistage.

Le seul dépistage efficace : les frottis cervicaux dans le dépistage de petites lésions précancéreuses pour le cancer du col utérin.

En attendant, un seul dépistage de cancer a fait la preuve de son efficacité, sans d’ailleurs, recevoir ni la notoriété, ni tout le soutien institutionnel qu’il mérite : c’est le dépistage du cancer du col utérin par frottis. En France ce dépistage a permis de diminuer la mortalité de ce cancer de plus de 80%, sans entrainer de séquelles notables.

En conclusion :

Le chemin de l’enfer est souvent pavé de bonnes intentions. La guerre contre le cancer justifie trop souvent une propagande simpliste, trompeuse, qui nuit d’abord à la santé des citoyens, aux finances des systèmes de santé et ultérieurement à la crédibilité de l’état. Dépister plus pour soigner plus !

Le conflit d’intérêts est caricatural : Le surdiagnostic et ses victimes profitent directement aux dépisteurs, à de nombreux médecins, radiologues, chirurgiens, anatomopathologistes, cancérologues, agences de communication, associations de malades sponsorisées, et surtout à l’industrie du médicament et à ses complices médecins, experts et décideurs politiques. Ce n’est pas par hasard si Octobre rose est né de la volonté du laboratoire Astra-Zeneca…

Rédaction : Dr Nicole et Gérard Delépine