Résumé du diaporama covid. 25/10/2020  Le point sur la situation mi octobre 2020

 

Depuis de la crise du Covid19, les ministères et les médias mentent sur la réalité de la situation afin de créer et d’entretenir une peur panique dans la population, leur permettant d’instaurer un état d’urgence injustifié et de supprimer les libertés publiques qui caractérisent les états démocratiques.

Ce diaporama vise à rétablir la vérité en privilégiant les faits établis publiés par l’OMS et Santé Publique France et les articles scientifiques des revues médicales. Pour que chacun puisse vérifier la véracité de ce que nous affirmons les sources des données sont systématiquement citées.

Ce diaporama s’articule en 10 chapitres principaux :

1°) le covid19 n’est qu’une mauvaise grippe

2°) Les pays asiatiques démocratiques ont vaincu le Covid19 par la technique médicale classique de l’endiguement

3°) La prophétie apocalyptique de N Ferguson a prétendu que seul le confinement aveugle (sans séparer les malades des sujets sains) pouvait éviter la mort de millions de personnes. La comparaison des ses prédictions aux faits observés montre qu’il s’agit d’une colossale erreur, voire d’une manipulation volontaire.

4°) Une propagande massive a terrorisé les populations et les gouvernants occidentaux.

5°) En France le confinement aveugle et la prescription de Rivotril ont considérablement aggravé la mortalité de la maladie.

6°) l’interdiction faîte aux médecins de traiter leurs malades par la chloroquine, et même par antibiotiques est une première historique

7°) Au lieu de reconnaître leurs erreurs, nos gouvernants ont décidé de mesures sanitaires inefficaces qui détruisent l’économie, l’avenir des jeunes et créent des famines mortifères dans les pays pauvres.

8°) La peur panique leur a permis de piétiner les droits de l’homme.

9°) L’épidémie est terminée en Europe, mais ils poursuivent les lois d’exception et des mesures prétendument sanitaire ineptes.

10°) Il est grand temps de se battre pour retrouver nos libertés fondamentales.

Bonne lecture

 

cliquez sur le lien suivant pour dérouler le diaporama

COVID19 25 10 2020   

 

vous pouvez envoyer vos questions à gerard.delepine@bbox.fr

Non aux reconfinements mortifères, même locaux

 

 

Par le docteur G. Delépine

 

Le confinement aveugle qui nous a été imposé de manière totalitaire représente la plus grande catastrophe dont la France a souffert depuis 75 ans. Ce n’est pas le Covid19 qui est responsable de la majorité des morts observés ni de l’état catastrophique actuel du pays, mais les mesures sanitaires inadaptées[1] et disproportionnées qui nous ont été imposées.

 

 

 

Ne savent-ils pas compter ou veulent ils veulent-ils sciemment nous nuire ?

Une politique se juge à ses résultats. La politique sanitaire française a été particulièrement contreproductive puisqu’elle nous a amené dans le top 6 européen des plus hauts taux de morts par Covid derrière la Belgique, l’Espagne, l’Italie, la Grande Bretagne et la Suède avec quatre fois plus de morts qu’en Allemagne (490/million contre 114/M) et 25% de plus qu’aux Pays-Bas qui ont laissé leur population libre de ses mouvements, ne pleurent pas de victimes collatérales et bénéficient de perspectives économiques moins catastrophiques que les nôtres.

 

 

Ce confinement aveugle (astreignant à résidence ensemble les malades contagieux et les biens portants contre toute logique sanitaire ) a été directement responsable d’un excès de 25000 morts [2][3] attribuées au covid19, de 25000 à 30000 morts collatéraux supplémentaires (survenues ou à venir) par arrêt des soins des autres pathologies, d’une aggravation des violences familiales, des pathologies psychiatriques, d’un décrochage scolaire massif[4], d’une fracture sociale sévère[5] et de la plus grave crise économique [6] depuis la dernière guerre mondiale.

Ce bilan catastrophique du confinement ne perturbe apparemment pas le lobby de la terreur qui prône en permanence de le réimposer, sans qu’un débat démocratique ne puisse avoir lieu dans les médias, car les opposants sont le plus souvent exclus.

Ainsi J F Delfraissy, président du Conseil scientifique n’exclut pas un re confinement local[7]. » ni Esther Duflo vante les mérites d’une organisation « sereine » d’un re confinement. Ni Jérôme Marty, président du syndicat de l’Union française pour une médecine libre (UFML) qui estime que  » ce qu’il risque d’arriver c’est un re confinement total, comme ils vont le faire au Royaume-Uni à la Toussaint » ni Christine Rouzioux qui croit que les mesures prises par le gouvernement n’étaient pas assez drastiques et prophétise  » les hôpitaux seront pleins très rapidement et seront submergés.

Le Canard Enchainé a récemment dévoilé le scénario de l’Elysée des confinements locaux prévoyant dans certaines régions avec le passage possible à l’état d’urgence sanitaire. Apparemment, pour eux, quand une mesure a été catastrophique il faut la réutiliser !

L’absence de débat, les mensonges permanents inversant les versions, les chiffres faux et différents selon les sources officielles diverses créent la confusion mentale des citoyens et l’impossibilité totale de comprendre. Ce n’est pas être uniquement de l’incompétence, mais évoque plutôt l’application d’une technique totalitaire bien éprouvée et décrite depuis des lustres, même si elle peut utiliser des incompétents, ou naïfs ou ignorants pour la mettre en œuvre avec le plus grand naturel.

 

Comment avions-nous fait auparavant lors des grandes pandémies modernes ?

Depuis la guerre de 40-45, deux autres épidémies majeures (grippe asiatique et grippe de Hong Kong) ont fait plus de victimes que le Covid19 en France et dans le monde. Elles n’ont justifié ni l’état d’urgence, ni la suspension de nos droits fondamentaux et n’ont pas causé les dommages colossaux que nous constatons actuellement tant pour la société, que pour l’éducation et l’économie.

Et plus récemment en janvier 2017 la grippe banale a tué près de 14000 français. Les médias en ont peu parlé et la vie a continué, normalement. Car la vie est une maladie sexuellement transmissible, en permanence exposée aux dangers, et constamment mortelle…

 

Comment ont fait les pays qui ont vaincu le Covid19 ?

Après la Chine, quatre pays ont affronté le Covid19 avec succès et sans confinement en reposant leur stratégie sur les méthodes traditionnelles de lutte contre les pandémies le contrôle des frontières et l’isolement des malades (la quarantaine de 15 jours).

 

Prophéties mathématiques mensongères et faits constatés dans le monde réel

 

De nombreux articles ont vanté les mérites du confinement aveugle à la française en prétendant, comme les prophéties de Ferguson, qu’il ralentirait le rythme des contaminations, éviterait la surcharge hospitalière, permettant ainsi aux autres malades d’être soignés et d’hospitaliser nos ainés qui en auraient besoin.

En comparant les morts recensés à leur prophéties initiales, ils ont même prétendu avoir sauvé 60000 français et 3 millions d’européens. Leur méthode réside à comparer leur prédiction catastrophique (multipliant par 10 à 20 le nombre des morts attendus) au nombre réellement observé et à s’attribuer le mérite d’avoir grâce à leur recommandation, sauvé la différence.

Leur trucage est évident lorsqu’on analyse l’article où ils se vantent d’avoir sauvé 3 millions d’européens[8] ; dans leur « extended data tableau 1 », ils donnent leurs résultats pays par pays au 4 mai 2020.

 

 

 

Pour la Suède, ils constatent le faible nombre de décès observés (2769), le comparent à leur estimation initiale sans confinement pour cette date (28000) et affirment alors avoir sauvé 26000 suédois, grâce au confinement.

Malheureusement pour eux, les suédois n’ont jamais confiné, démontrant ainsi que les prophéties de Ferguson et ses élèves majorent par dix le risque réel, qu’ils ignorent les politiques sanitaires appliquées par les pays « étudiés » et que leur « vies sauvées » virtuelles ne constituent en réalité que la mesure de l’erreur de leurs estimations.

Il est triste de constater que cet article, grossièrement erroné, a été publié dans la revue Nature jadis réputée pour son sérieux.

 

Les conséquences dramatiques du confinement aveugle dans le monde réel.

Echec contre le Covid19

L’examen des courbes de contamination observées montre que l’astreinte à domicile (ou dans leur Ehpad), ensemble malades et biens portants, n’a pas ralenti le rythme des contaminations en France, comme dans les pays voisins qui ont appliqué cette technique moyenâgeuse.

 

 

 

En Belgique, la propagation de l’épidémie a même été franchement accélérée par le confinement aveugle ainsi que le montre la comparaison des courbes de contaminations en Belgique (confinée) et aux Pays-Bas (non confinés).

 

 

L’accroissement du risque de contamination par le confinement aveugle vient d’ailleurs d’être confirmé par une étude espagnole[9] démontrant, sur des tests sanguins, que les personnes qui n’étaient pas confinées ont été moins infectées que les personnes confinées.

 

 

Cette accélération des contaminations explique l’augmentation de la mortalité dans tous les pays qui ont confiné à l’aveugle. La comparaison des courbes de mortalité entre la France et l’Allemagne (qui n’a pas confiné aveuglément mais pratiqué des quarantaines ciblées est éloquente :

 

Le confinement aveugle pratiqué en France a été suivi d’une considérable augmentation de la mortalité Covid19 contrairement à l’Allemagne

 

Le confinement aveugle est de plus responsable d’environ 30000 victimes supplémentaires actuelles/futures par défauts de soins

Le confinement s’est accompagné du plan blanc réservant la quasi-totalité des moyens hospitaliers au Covid, imposant un arrêt de toutes les activités médicales hors Covid, interdisant toutes les interventions chirurgicales nécessaires aux malades ordinaires. Ce plan blanc a laissé de très nombreux hôpitaux vides, tant dans le public que le privé et a conduit à la mise au chômage partiel de nombreux personnels de soins, infirmières, aide- soignants, ambulanciers, manipulateurs radio etc.

 

En Ile-de-France, le confinement a fait chuter les consultations de 40 % chez les généralistes, de près de 70 % chez les spécialistes et l’activité des urgences a fortement régressé[10].

Or les traitements médicaux sont d’autant plus efficaces qu’utilisés tôt (en général et à bon escient) et bien surveillés. Leur absence, leur retard ou leur mauvaise surveillance menacent la vie des malades à court ou moyen terme.

L’académie de chirurgie s’en est inquiétée (assez tard …) dans son communiqué du 15 Mai : « depuis la mise en place du Plan Blanc le 13 mars, 85% des 7,2 millions d’interventions chirurgicales programmées chaque année en France ont été reportées, soit près d’1,1million d’actes (CNAMTS, ATIH). Il en résulte des risques d’aggravation dus au retard de prise en charge, non seulement en oncologie, mais également dans les autres disciplines ».

 

Malades aigus déjà morts du confinement

Le professeur Johanne Silvain, chirurgien cardiaque à la Pitié- Salpêtrière affirme que trois quarts des opérations programmées ont été reportées. « Quand on a rappelé des patients pour fixer des dates, certains étaient décédés entre-temps ».

Une étude de l’Inserm[11] menée par le chercheur Eloi Marijon au Centre de Recherche Cardiovasculaire de Paris (Inserm/Université de Paris) en collaboration avec Daniel Jost (Brigade des sapeurs-pompiers de Paris) montre que pendant la période du confinement, le nombre d’arrêts cardiaques en région parisienne a été multiplié par deux par rapport à la même période les années précédentes et que leur taux de guérison a été divisé par deux.

Les chances de guérison des accidents vasculaires cérébraux (AVC) dépendent considérablement de l’extrême précocité de leur traitement. Mais le docteur F Rouanet, de l’hôpital Pellegrin à Bordeaux a vu, pendant vingt jours, le nombre de diagnostics d’AVC baisser de 50 %. « On ne sait pas ce qu’ils sont devenus. La pathologie, elle, n’a pourtant pas disparu, cela nous fait craindre une hausse brutale des accidents et de la mortalité. »

 

Malades chroniques abandonnés

En France, 20 millions de personnes souffriraient de pathologies chroniques, prises en charge à 100 % par la sécurité sociale. Chaque année, plus de 600 000 d’entre elles nécessitent des soins réguliers, près de 320 000 des chimiothérapies, 210 000 des séances de radiothérapie, et plus de 82 000 doivent être dialysés trois fois par semaine pour insuffisance rénale. Des patients fragiles, dont les retards de consultations et de traitement ont accru les complications et la mortalité.

Les soins en cancérologie désorganisée par les ARS

Des cures de chimiothérapie ont été espacées ou modifiées, remplaçant un traitement par voie intraveineuse par un traitement oral, éventuellement moins efficace pour s’adapter au blocage des lits d’hospitalisation. Des opérations urgentes ont été annulées, remises à période ultérieure. Ce sont les ARS qui ont bloqué les opérations, les décrétant non urgentes et exigeant qu’on les remplace par de la chimiothérapie et/ou de la radiothérapie ! Pays perdu dont les médecins transformés en robots doivent obéir à des administratifs. Il semble bien que cela recommence puisque le préfet d’ile de France a décrété depuis mi-septembre un nouveau plan blanc alors que le nombre de morts par covid (supposé) est dix fois inférieur à celui de mars au plus fort de l’épidémie.

Cette rupture de soins ne concerne pas uniquement la cancérologie, mais a touché toutes les pathologies non Covid, qu’il s’agisse de cardiologie comme on l’a vu, de neurologie, d’endocrinologie, rhumatologie, d’insuffisance rénale (la moitié des greffes rénales programmées n’ont pas été réalisées) etc.

Compte tenu du nombre considérable de malades chroniques et de leur poids dans la mortalité globale, ce sont plusieurs milliers de décès prématurés évitables que ces arrêt/modifications de soins ont/vont entraîner. Impossible de les chiffrer précisément avant des années, d’autant qu’il faudra aussi additionner l’excès de morts par suicide à venir à la suite du choc post traumatique subi. Comme nous l’avons déjà écrit la deuxième vague sera psychiatrique.[12]

 

Maladies nouvelles diagnostiquées et traitées avec retard

Dans tous les pays, la baisse considérable des consultations observée a entrainé des retards diagnostiques très inquiétants même si leurs conséquences à venir sont pour l’instant difficiles à mesurer avec précision.

.

380.000 nouveaux cas de cancer sont détectés chaque année, soit environ 30.000 par mois. Durant le plan blanc 75.000 nouveaux cancers auraient dû être diagnostiqués si les chirurgiens avaient pu opérer mais ce chiffre semble être descendu de moitié. L’Institut Curie a vu le nombre des urgences et consultations pédiatriques reculer de 30 %. Les adultes sont aussi concernés par ces retards de diagnostic, notamment pour les formes de cancer les plus agressives, comme celui du poumon. Le professeur F. Le Tourteau du département de l’oncologie médicale de Curie témoigne : « pendant trois semaines, au lieu de 15 à 20 personnes par jour aux urgences, on n’avait que 2 à 3 patients et on s’attend à une vague de diagnostics à des stades plus graves ».

Un constat partagé par l’institut Gustave-Roussy où « les urgences ont perdu 50 % de leur fréquentation. On a envoyé des messages d’information aux 15 000 personnes inscrites dans nos fichiers, on a eu moins de 10 % de réponses ».

En France « nous craignons 5.000 à 10.000 morts supplémentaires du cancer”, explique Jean-Yves Blay, du centre d’oncologie Léon Bérard de Lyon. « Ces estimations sont même plutôt optimistes, les anglais ont des projections allant jusqu’à 40.000 patients décédés en excès.”

Si on ajoute les morts prévisibles des autres pathologies, le bilan mortifère du plan blanc s’élève actuellement pour la France à plus de 25000-30000 morts.

 

Au total 25000 morts du Covid19 qu’on aurait pu éviter, 25000-30000 victimes collatérales par défaut de soins soit un total de plus de 50000 victimes du confinement. Ces estimations ne constituent que des minimas auxquels il faut ajouter celles des violences familiales, de l’explosion des pathologies psychiatriques et des suicides, d’une fracture sociale inédite entre les salariés protégés (fonctionnaires, cadres) et les autres (indépendants, petits commerçants, professions libérales, salariés CDD et employés non déclarés) qui n’ont pas eu de revenus pendant 3 mois alors que leurs charges n’étaient que reportées), une catastrophe éducative (avec plus de 15% de décrochage scolaire alors qu’on sait depuis avril 2020 que les enfants ne contaminent pas les autres enfants ni les adultes.

 

Les victimes de la crise économique parfois lointaines et ignorées

La crise économique du confinement s’annonce d’une ampleur inégalée depuis 1945 avec une diminution prévue de plus de 10% du PIB, des dépôts de bilan qui s’accumulent et le chômage reparti vers des records historiques.

La famine sévit déjà en France, où le nombre de pauvres a bondit de plus d’un million et ou les restaurants du cœur doivent faire face à des affluences record. De plus en plus de mamans témoignent : « j’ai inscrit ma fille à la cantine et je ne mange plus le midi, non par gout mais par économie. On s’habitue… »

En Afrique l’aggravation de la famine dû à la crise économique du confinement va entraîner, plus d’une centaine de millions de morts d’après l’ONU et le programme alimentaire mondial contre la faim[13] .

 

Une Crise démocratique majeure sans équivalent depuis la dictature de vichy. Le gouvernement de la France qui prétend donner des leçons de démocratie au monde est dirigée depuis plus de six mois sous un état d’urgence plus autoritairement que Taiwan, la république de Corée ou Singapour dont les taux de mortalité Covid19 sont près de 100 fois inférieurs au nôtre, qui ne déplorent pas de victimes collatérales et dont les dégâts économiques s’annoncent deux fois moindres.

La poursuite de prétendues mesures sanitaires dont l’efficacité n’a jamais été prouvée contribue à aggraver la panique et à détruire l’économie.

Reconfiner priverait à nouveau inutilement nos enfants de leur éducation et ferait tellement de dégâts à notre économie déjà très malade que notre capacité à financer sur le long terme notre système de santé et d’autres services publics serait sérieusement entamée.

 

Que peut-ton faire ?

L’opposition – et pourquoi pas des députés et sénateurs de la majorité conscients de foncer dans le mur, et les grands médias doivent cesser d’être à la remorque du gouvernement et adopter une attitude critique constructive sans concession.

Les résultats réels catastrophiques du confinement français doivent être rappelés et dénoncés de même que la prolongation de l’état d’urgence et des mesures sanitaires totalement inutiles, voire nocives (port du masque toute la journée à haut risque d’infection) qui bloquent l’économie avec des normes fantaisistes jamais validées par aucune étude scientifique et des évictions de personnels non malades dont le seul tors a été de se faire tester.

Le Premier ministre norvégien E Solberg a reconnu à la télévision nationale Le 27 mai dernier. « J’ai probablement pris de nombreuses décisions par peur » « fermer des écoles et des jardins d’enfants, faire travailler tout le monde à domicile ou limiter les rassemblements à un maximum de cinq personnes a été excessif » C Stoltenberg, directrice de l’Institut norvégien de santé publique a confirmé « le confinement n’était pas nécessaire pour gérer le covid-19. ». Le président Macron se grandirait en reconnaissant, comme elle, avoir agi par peur d’une prophétie catastrophe manipulatrice.

Une politique sanitaire efficace doit être fondée sur l’expérience médicale des pays qui ont vaincu la maladie et pas sur des prédictions mathématiques qui se sont toutes révélées totalement fantaisistes. Plutôt que de prendre modèle sur la Chine, nous aurions dû méditer l’expérience de Taiwan, qui a démontré que « la meilleure façon de contenir le coronavirus n’est pas de mettre en quarantaine les informations sur l’épidémie, mais de les rendre plus faciles et plus pratiques pour personnes à accéder aux informations pertinentes. »

Arrêtons cette propagande de la terreur. Rassurons la population. Mettons fin à cette accumulation de mesures grotesques qui pourrissent inutilement la vie de nos compatriotes et vont achever l’économie.

L’épidémie est terminée et la deuxième vague dont on nous menace depuis quatre mois n’est qu’une vaguelette qui conforte progressivement, grâce aux jeunes, l’immunité collective qui protégera nos ainés comme elle le fait dès maintenant en Suède[14]

 

 

Retrouvons nos libertés pour redresser le pays.

Renforçons le système sanitaire en le libérant du carcan bureaucratique des ARS qui ont montré leur grave pouvoir de nuisance lors de cette crise[15].

Affectons immédiatement plusieurs milliards aux hôpitaux pour qu’ils accroissent leur capacité de réanimation, et l’effectif de leur personnel soignant en augmentant immédiatement d’au moins 300 euros les soignants au contact des malades et en allégeant leurs contraintes administratives. On ne manque pas d’infirmière ni de médecins en France mais leurs conditions de travail en ont dégouté un trop grand nombre ; redonnons-leur le plaisir de traiter les malades et d’être à nouveau utiles.

 

L’OMS lui-même réfute le confinement.

Le Dr David Nabarro a lancé un appel aux dirigeants mondiaux leur demandant d’arrêter « d’utiliser les confinements comme méthode de contrôle principale » du coronavirus. « Les confinements n’ont qu’une seule conséquence que vous ne devez jamais prendre à la légère, c’est qu’ils rendent les gens pauvres beaucoup plus pauvres » « Nous, au sein de l’Organisation mondiale de la santé, ne préconisons pas le confinement comme principal moyen de contrôle de ce virus ».

 

 

[1] Aucune des mesures de distanciation sociale qui ont été imposées ne repose sur des preuves scientifiques ni sur une utilisation médicale réussie. Seule la quarantaine a prouvé son efficacité.

[2] Professeur Christian Perronne 16 juin 2020 : « On a eu 30 000 morts en France, j’ai honte pour notre pays. Sur ces 30 000, on aurait pu en éviter 20 000 voire 25 000 »

[3] Par rapport à l’Allemagne qui n’a pas confiné mais pratiqué la prévention classique des épidémies par l’endiguement 24500 morts de trop en France estimation finale Christian Perronne avait vu juste France soir 5 8 2020 http://www.francesoir.fr/covid-19-24500-morts-de-trop-en-france-estimation-finale-christian-perronne-avait-vu-juste

[4] Avec plus de 15% de décrochage scolaire alors qu’on sait depuis avril 2020 que les enfants ne contaminent ni les autres enfants ni les adultes

[5] Entre les salariés protégés (fonctionnaires, cadres) et les autres (indépendants, petits commerçants, professions libérales, salariés CDD et employés non déclarés) qui n’ont pas eu de revenus pendant 3 mois alors que leurs charges n’étaient que reportées

[6] Chômage en forte hausse, baisse record du PIB. En France, il est estimé que les faillites d’entreprises devraient croître de 25 %, hausse similaire à ce qui est attendu en Italie et en Belgique. En comparaison, l’Allemagne et le Japon devraient mieux s’en tirer (+10 %) sur cette période.

[7] Le 9 10 au micro de BFM TV

[8] Seth Flaxman Estimating the effects of non-pharmaceutical interventions on COVID-19 in Europe Nature

. 2020 Aug ;584(7820) :257-261. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32512579/

[9] : Estudio nacional de sero–epidemiologia de la infection por SARS-COV-2 en Espana. Informe preliminar 13 de mayo de 2020.

[10] Parmi ce décompte de consultations, combien en télémédecine, combien avec examen clinique et contact direct en la présence du médecin et du patient ?

[11] Eloi Marijon*, Out-of-hospital cardiac arrest during the COVID-19 pandemic in Paris, France : a population-based, observational study Lancet Public Health 2020 May 27, 2020 https://doi.org/10.1016

 

[12] http://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/la-vague-psychiatrique-deja-rude-ne-sera-pas-en-cloche : Les psychiatres ont mis en garde dès le début du confinement sur les effets pervers de l’enfermement chez les personnes fragiles et même chez de nombreuses autres personnes a priori équilibrées mais qui décompenseront. Curieusement, s’il l’on compte chaque jour les quelques patients malades du covid ou supposés tels, les vrais et faux positifs et surtout les consultants pour « angoisse de covid » qui constitue le nouvel indice de « vague », un silence de mort pèse sur le versant psychiatrique de cette crise majeure.

 

[13] D’après D Beasley, patron du PAM Lors d’une visioconférence du 21 avril au Conseil de sécurité de l’ONU

[14] D’après le rapport OMS -weekly-epi-update-9 du 9 octobre la France a compté dans la dernière semaine 110 665 nouveaux cas et 480 morts contre 2804 tests positifs et 5 morts en Suède.

[15] En particulier en refusant l’accès des réas puis de l’hôpital aux pensionnaires des Ehpad, en bloquant les soins et les interventions ordinaires durant le confinement et maintenant, en imposant des tests avant tout traitement ce qui aboutit à retarder inutilement les soins nécessair

Analisis Epidemia COVID 19 España  slides diaporama

 

Gérard Delépine es oncólogo, cirujano ortopédico y estadístico en el Hospital Raymond Poincaré de París (hoy jubilado). Ha desarrollado métodos quirúrgicos innovadores para tratar los tumores óseos y de los tejidos blandos. Su equipo en la Unidad Pediátrica Oncológica (POU) ha alcanzado una reputación internacional por combinar quimioterapia avanzada individualizada y cirugía conservadora. Junto con su esposa, la Doctora Nicole Delépine, pediatra y oncóloga, es autor e 3 libros y de más de 100 artículos de prensa.

 

 

 

 

Tasa de letalidad COVID-19 en las cárceles francesas:

-Las cárceles son un lugar de promiscuidad y no de confinamiento (en el patio los detenidos se abrazan, escupen al hablar cuando se enfadan, no respetan las distancias de seguridad).

-Por lo tanto en las cárceles, la epidemia de COVID-19 debería propagarse rápidamente

-El 03/04/2020 según estudio publicado sobre las 60.000 presos en las cárceles francesas:

48 presos testados positivos, 687 sintomáticos, o sea un total de 735 infectados y 3 muertos

lo que representa un tasa de letalidad de 3/735 = 0,4%

Tasa de letalidad COVID-19 España según datos oficiales OMS al 23/05/2020:

Infectados : 234.823   Fallecidos : 28.628

lo que representa una letalidad de 28628/234823 = 12,2% que NO es real

  (se han testado sólo los sintomáticos que acudían a urgencias y se ha aumentado ficticiamente el   número de muertos por COVID-19)

Tasa letalidad Gripe estacional en España 2018/2019:

-En la temporada de Gripe estacional Otoño-Invierno 2018-2019 según datos CSIC en España :

525.000 infectados, 6.300 fallecidos

lo que representa una letalidad de 6300/525000 = 1,2%

 

 

 

Ultimas análisis realizadas en Francia por médicos según datos de campo en Francia 10/05/2020 :

-Para los menos de 30 años sin patologías asociadas, el riesgo de morir de COVID-19 es prácticamente nulo

-Para los menos de 50 años sin patologías asociadas (obesidad, diabetes, hipertensión, cáncer, etc.), el riesgo es bajo

-El riesgo de fallecimiento es alto para los más de 70 años (85% de los fallecimientos en Francia)

Tasa contagio en el cárcel “La Santé” en Francia al 29/04/2020 :

Presos : 870   Infectados : 6     Fallecidos : 0

lo que representa una tasa de contagio de 6/870 = 0,7%

  lo que sugiere una tasa de contagio baja

Tasa contagio en España al 23/03/2020 :

Infectados : 234.823 (OMS)     Población : 46.940.000

lo que representa una tasa de contagio de 234823/46940000 = 0,5%

  Si suponemos que en realidad el número de infectados es el doble :

tasa de contagio de 469646/46940000 = 1% que sigue siendo bajo y similar a la gripe estacional

Tasa contagio en España gripe estacional Otoño-Invierno 2018-2019 :

Infectados : 525.300 (CSIC)     Población : 46.940.000

lo que representa una tasa de contagio de 525300/46940000 = 1,1%

IL FAUT DECONFINER RAPIDEMEMENT : économie et santé des 67 millions de français en jeu

 

 

 

Confinement aveugle de la population, mesure illogique, inefficace, dangereuse et ruineuse

Passons à la méthode coréenne et/ou allemande

(Cet article date du11 avril 2020 et les chiffres fournis sont ceux du 10/4/2020 10 heures GMT.)

 Par Gérard Delepine chirurgien oncologue, statisticien et Nicole Delépine pédiatre cancérologue

La seule stratégie qui a prouvé qu’elle était efficace pour arrêter une épidémie est de fermer précocement les frontières, de dépister massivement, puis de confiner les contaminés et/ou les traiter, tout comme les cas à risques. La population non contaminée doit pouvoir se protéger (masques, gel) et poursuivre ses activités pour permettre à la nation de disposer de toutes les armes nécessaires pour combattre.

Le confinement aveugle que Macron nous impose n’est-il qu’un écran de fumée destiné à masquer l’état misérable de nos hôpitaux, dont il est en partie responsable et ses erreurs initiales de gestion de crise ? Le confinement aveugle est-il destiné à accoutumer la population à la dictature ? Cette mesure moyenâgeuse, médicalement inefficace est toxique pour les confinés et économiquement catastrophique[1] [2] .

Le président Macron a déclaré la guerre ! Mais à qui ? Au virus ou aux français ? Et avec quelle stratégie ?

L’histoire semble se répéter.

En 1940, l’ennemi était allemand ; aujourd’hui c’est un virus. Mais dans les deux cas, des gouvernants, incompétents se sont montrés imprévoyants, inefficaces, menteurs, et rejetant ensuite sur nos compatriotes la responsabilité de l’échec de leurs décisions désastreuses

En décembre et janvier 2020, alors que le Covid19 tuait allègrement les chinois, le gouvernement a parié que ce virus épargnerait la France comme le célèbre nuage de Tchernobyl et a passé son temps à minimiser le danger.

Pourtant le caractère nouveau du virus retrouvé chez un patient chinois dès octobre 2019 était reconnu, et l’imprévisibilité de son évolution évidente. Il n’a pas préparé le pays contre la menace qui s’annonçait. Il n’a pas renforcé les hôpitaux et en particulier les services d’urgence et de réanimation pourtant en grève depuis 11 mois pour crier leur misère. Il n’a pas reconstitué le stock de masques dispersé par une ministre précédente, ni fait fabriquer des tests, ni accumulé les quantités de désinfectants et gels hydro alcooliques nécessaires à la lutte. Il n’a pas embauché de personnel soignant. Il n’a pas commandé de respirateurs alors que leur nombre était notoirement très insuffisant. Et lorsque les chinois ont indiqué que la chloroquine était efficace contre le virus, la ministre n’en a pas fait fabriquer ; elle a interdit par décret sa vente sans ordonnance alors que celle-ci durait depuis 50 ans sans signalement particulier d’accident toxique.

L’orthodoxie financière européenne et le dogme mondialiste dictaient leurs vérités : la France ne disposait pas d’argent magique et de toute manière, il ne pouvait venir que de bonnes choses de l’étranger.

En mai 1940, notre état-major a été incapable de défendre nos frontières, mais au moins il a essayé. En février 2020 la France a perdu la bataille des frontières parce le gouvernement ne l’a pas livrée. Et lorsque l’ennemi s’est installé en France, Pétain comme Macron ont utilisé cette défaite pour justifier la suppression les droits élémentaires du citoyen. Coup d’état sanitaire sans aucune justification médicale sérieuse rendu possible par des députés godillots ou tétanisés par une peur irrationnelle créée de toute pièce par une propagande massive des médias complices.

S’agit-il d’incompétence ou d’une mise en scène Machiavélique (tu régneras par la peur) destinée à imposer la dictature au service de la finance ? Les déclarations de l’ex-ministre Buzyn mettent en doute leur seule incompétence. Ils savaient depuis fin décembre et ils n’ont rien fait pour contrer l’épidémie. Et les premières lois votées en « urgence sanitaire » ont supprimé les dernières protections sociales (durée hebdomadaire du travail) héritées de la résistance et de de Gaulle.

Aujourd’hui Macron bloque l’essentiel de l’activité économique du pays sans protéger efficacement ceux qu’il envoie au front. Pas de masque pour les médecins de ville dont déjà au moins 6 ont payé de leur vie cette stupidité. Pas de masque pour les policiers et gendarmes qui vont contrôler des ausweis que même les nazis ne demandaient pas de jour[3]. Pas de masques pour les ouvriers lorsqu’ils prennent les transports en commun bondés, haut lieu de contamination. Et la porte-parole du gouvernement a longtemps publiquement nié leur utilité, alors que leur emploi était unanimement recommandé par tous les experts étrangers. Le gouvernement a refusé d’en commander jusqu’au 27 mars, avec plus de 80 jours de retard et de mensonge sur leur utilité !

Mais peut être fallait-il de nombreux morts et une campagne de propagande prolongée pour que la panique s’installe dans la population et qu’elle accepte l’état d’urgence et la dictature sans se soulever ?

 

Le confinement aveugle (sans dépistage) de la population n’était pas nécessaire[4]

Pour stopper ou ralentir une épidémie, le contrôle aux frontières, la quarantaine des malades et des contacts à risque reconnu grâce au dépistage généralisé, l’hygiène publique [5]et privée[6], l’utilisation de moyens de protection constituent les méthodes qui ont fait leur preuve en stoppant la plupart des pestes historiques[7] sans l’aide d’antibiotiques ni de vaccin. Le Japon, Taiwan, la Corée du Sud, et Singapour ont réussi à limiter très fortement la dissémination du Covid19 sans assigner à résidence de la population. Leur stratégie a été suivie avec succès par l’Allemagne et d’autres pays du nord de l’Europe.

Au Japon, la bataille des frontières a été spectaculairement illustrée par la quarantaine du paquebot Diamond Princess et de ses 3711 passagers et membres d’équipage, parmi lesquels on comptera plus de 625 contaminés et 7 morts. Elle a été complétée par l’isolement des personnes à risque, des mesures ciblées de restriction de transports et d’entrée sur le territoire et la généralisation des gestes barrière par la population dont l’utilisation de masques, la fermeture des écoles et le report des manifestations publiques, en particulier sportives.

Aucune fermeture d’administrations, ni confinement généralisé de la population n’a été envisagé. Le bilan actuel de cette politique est actuellement infiniment plus satisfaisant que ceux des pays qui ont confiné aveuglément leurs populations. Avec une population double de celle de la France ou de l’Italie, et le triple de celle de l’Espagne,

Le Japon ne comptait au 10/4 que 5347 infectés et 88 morts

Contre respectivement 85351 infectés et 12192 décès en France, 143626 contaminés

Et 18281 morts en Italie, et 152446 infectés et 15238 morts en Espagne, 24923 contaminés et 2523 morts en Belgique tous pays européens apôtres du confinement aveugle de leur population[8].

En Corée du Sud, la guerre des frontières contre le Covid19 a été menée vigoureusement. Elle a permis, sans confinement de la population, de limiter la contamination à 10450 cas et à la mortalité à 208 coréens (pour 51 millions d’habitants) dont une grande majorité a été infectée par les membres d’une secte religieuse qui revenaient de Wuhan et l’avaient caché. Et la vie là-bas se poursuit quasi normalement alors que nous français sommes tous punis, astreints à résidence inutilement [9].

A Singapour, les mêmes mesures ont permis sans confinement de la population de ne compter que 1910 contaminés et 7 morts parmi ses plus de 5,8 millions d’habitants.

A Taiwan, dès le 31 décembre 2019, les Centers for Disease Control de Taïwan ont mis en œuvre des mesures d’inspection pour les vols en provenance de Wuhan. Le 20 janvier 2020, le gouvernement a activé le Centre de commandement central des épidémies, qui a mobilisé des fonds gouvernementaux et du personnel militaire pour faciliter la production de masques faciaux en envoyant dès février des soldats dans les usines des principaux fabricants de masques pour doter en personnel les 62 nouvelles lignes de production de masques. Les autorités taïwanaises ont suspendu les visites en Chine à partir de février 2020. Taiwan a enregistré la prévalence de covid19 par habitant la plus basse du le monde (0,2/100000).

L’Allemagne a suivi la stratégie coréenne : tests massifs, quarantaine pour les personnes à risque, géolocalisation et délivrance de certificats d’immunité pour permettre à ceux déjà immunisés de reprendre une activité normale. Ses résultats au 10 avril (2373 morts en Allemagne contre 18281 en Italie) confirment que cette stratégie sans confinement aveugle est la plus efficace aussi en Europe.

Ces exemples démontrent que le confinement aveugle des populations décrété par les dirigeants totalitaires n’est pas nécessaire lorsque les mesures traditionnelles contre les épidémies sont utilisées.

 

Pire : Le confinement aveugle de toute une population a été inefficace

Dans l’histoire des épidémies, le confinement de la population saine n’a jamais apporté la preuve de son efficacité en situation réelle. Ce sont l’hygiène et la quarantaine sélective des malades, et seulement des malades et de leurs contacts à risque qui ont aidé à éradiquer la peste, la lèpre, le typhus ou le choléra.

Les pays (Italie, Espagne et France) qui ont les premiers imposé le confinement aveugle à leur population sans tester, ni traiter ont enregistré les plus grands nombres de contaminés. Pour s’en convaincre il suffit d’étudier la prévalence[10] du covid19 selon les chiffres de l’OMS au dernier relevé connu (le 10 avril 2020).

 

L’Italie avec une prévalence de 237/100 000 et l’Espagne prévalence de 326/100 000 sont aux premières places des contaminés suivies par la Belgique (215/100 000), l’Allemagne (prévalence 135/100 000) et la France (prévalence 130/100 000). Les pays asiatiques qui ont appliqué strictement les méthodes classiques de dépistage, quarantaine des malades et moyens de protection sans confinement global aveugle ont tous une prévalence inférieure à 50 (Japon 42, Singapour 32 et Corée 20).

 

 

L’Italie que notre gouvernement a choisi malheureusement comme modèle, l’Espagne et la Belgique, qui ont aussi imposé un confinement aveugle constituent des exemples de résultats calamiteux. Elles comptabilisent les plus fortes prévalences mondiales de la maladie et les mortalités record (30/100 000 pour l’Italie, 32/100 000 pour l’Espagne et 22/100 000 pour la Belgique), alors que les pays européens qui ont privilégié des quarantaines ciblées ont des mortalités en moyenne dix fois inférieures (2/100 000 pour la Norvège, 3/100 000, pour l’Autriche, 2,8/100 000 pour l’Allemagne.

 

Et comme le confinement italien s’est révèle catastrophique, son gouvernement le prolonge [11] sans plan de sortie défini pour l’instant. Le coté inhumain de son application (armée dans les rues, fortes amendes lors des enterrements, peines de prison) laissera probablement de lourdes séquelles psychiques chez de nombreux confinés. Choisir un tel modèle pour la France fait preuve de beaucoup d’improvisation, sauf si le but réel était de saisir l’opportunité d’un conditionnement de la population pour imposer la suppression des libertés publiques.

Le confinement d’une population entraîne de lourdes complications médicales

Les complications médicales et sociales de cette mesure moyenâgeuse inefficace, sont avérées et souvent catastrophiques. Tous les confinés interrogés décrivent un sentiment d’isolement et le manque de contacts sociaux. L’absence de tout contact physique avec les membres de la famille et amis confinés ailleurs, est particulièrement mal vécu surtout lorsque le confinement aveugle est prolongé.

On achève bien les chevaux … et maintenant l’hécatombe programmée de nos ainés.

Pour les vieillards, pensionnaires des EHPAD, la solitude complète imposée par le confinement les conduit très vite au « syndrome de glissement » et à la mort, presque aussi sûrement que le virus. Quelle ineptie et quelle honte de leur interdire les visites de leurs proches, alors que leurs soignants sortent chaque jour et prennent des transports publics bondés et reviennent un jour ou l’autre porteurs du virus qu’ils propagent à leur insu car scandaleusement peu protégés et rarement testés. Et que dire de l’interruption des rééducations pour dysphagie nécessaires à beaucoup des pensionnaires ?

Et que penser d’une note du ministère aux directeurs d’EHPAD précisant clairement que les personnes âgées malades ou susceptibles de l’être ne doivent en aucun cas être adressées aux urgences car elles ne seront ni hospitalisées, ni traitées, ni réanimées. Précisons qu’il s’agit de critères d’âge absolu, sans tenir aucun compte de l’état physique et intellectuel des résidents. Nous connaissons tous de beaux vieillards de plus de 90 ans et des « vieux » de 70 ans ou moins. Les médecins ont toujours pesé ces éléments du temps où les docteurs pouvaient exercer leur vocation selon Hippocrate, et non sous l’autorité malfaisante des bureaucrates interdisant d’hospitaliser les infectés de plus de 70-75 ans et précisant qu’ils ne doivent pas être admis en réanimation pour ne pas encombrer les lits de réanimation « inutilement ».

Les nazis à la descente du train de déportés triaient selon l’âge physiologique. Pas nos bureaucrates. Les plus de 70 ans infectés sont renvoyés dans leurs EHPAD ou faute de possibilité d’isolement réel, de traitement, de personnel et de matériel de protection ils contaminent leurs compagnons d’infortune sans même pouvoir dire adieu à leurs familles. Nos technocrates ont-ils osé imaginer un début de solution au financement des retraites par le génocide des plus vieux retraités, selon les conseils de J Attali, mentor du président ?

Les récits dramatiques se succèdent sur les réseaux sociaux. Couples déchirés dans leurs derniers moments, enfants qui ne reverront jamais leur mère, soignants qui veillent depuis des mois ou années sur des vieillards et les voient brutalement contaminés, refusés d’hôpital, interdits de réanimation, privés de traitement, abandonnés à la mort sans personne pour leur tenir la main puis jetés au tombeau en catimini[12], sans accompagnement, les familles recevant des contraventions de 135 euros s’ils se retrouvent pour les accompagner au cimetière. Avec l’épidémie de décès dans les EHPADs, elles risquent même la prison pour récidive d’infraction en attendant peut-être qu’on les condamne à mort comme l’Antigone de Sophocle, emmurée vivante pour avoir bravé l’interdiction royale d’enterrer son frère. Eternel combat de la morale qui définit notre humanité contre des lois tyranniques injustifiés[13]

Pourquoi devrions-nous attendre la fin de l’épidémie pour réagir[14] ? C’est maintenant que nous devons nous soulever pour stopper cette monstruosité, ce génocide de nos ainés.

Et pendant cet enfermement imposé, que chacun d’entre nous joigne le maximum d’élus, maires, conseillers régionaux et députés, sénateurs pour qu’ils transmettent au gouvernement la réalité des chiffres montrant que le confinement aveugle général s’accompagne de beaucoup plus de morts que l’isolement ciblé des malades et de leurs contacts.
Envoyez-leur le diagramme joint comparant les taux de mortalité.

Mais les plus jeunes ne sont pas épargnés

Les complications sanitaires du confinement sont nombreuses et bien connues [15]: dépressions qui persistent dans plus d’un tiers des cas de nombreux mois après sa levée, stress post-traumatique durable, obésité, drames familiaux, divorces, retard scolaire, addiction renforcée à l’alcool aux drogues ou aux écrans.

Certains groupes de personnes sont encore plus à risques. Enfants placés, qui se retrouvent encore plus seuls avec la moitié des encadrants absents. Femmes et/ou enfants victimes de violence familiales confinées avec leurs bourreaux eux-mêmes agacés par l’absence de sortie et paniqués par le Covid19. SDF dont la première mesure anti Covid19 fut de leur mettre des contraventions parce qu’ils trainaient dans la rue … UBU roi au royaume de France. [16]

Prisonniers et malades des hôpitaux psychiatriques privés de visites, malades attendant interminablement aux urgences pour accidents vasculaires, domestiques, ou professionnels et qui pour la plupart n’ose plus aller « encombrer les urgences, laissant évoluer bien des symptômes.

Malades chroniques priés d’attendre avec renouvellement de leurs ordonnances par le pharmacien… La consultation médicale serait donc devenue inutile ? Les généralistes, trop souvent dupes de l’intérêt du confinement total devant les contaminations qu’ils constatent (en raison de la honteuse absence prolongée de masques et de chloroquine) commencent à redouter les dégâts sur leurs patients abandonnés. La télémédecine tant vantée par les énarques désincarnés ne peut remplacer le contact humain direct avec le malade.

Les jeunes accouchées sont, elles aussi privées de la présence du père et de la visite de leurs proches. Période pourtant anxiogène pour les jeunes femmes particulièrement en période de psychose publique organisée.

Les adolescents privés de leurs premières amours sont complètement déprimés, le téléphone et même Skype et/ou face time, Instagram ou WhatsApp ne pouvant en rien remplacer l’intimité qu’ils commençaient à découvrir. Même leur école et leurs professeurs en chair et en os qu’ils critiquaient souvent leur manquent cruellement.

Les conséquences mentales sur des personnes saines habituellement, parfois psychologiquement fragiles et persuadées d’être confrontées à un danger de mort imminente, sont importantes et seront souvent durables dans le temps…La durée de la quarantaine est significativement liée à l’augmentation des symptômes dans toutes les études. Le nombre des personnes décompensées va s’accroître avec la durée du confinement et le renforcement quotidien de l’hystérie et de la psychose entretenues par le ministère de la santé, le président ou son premier ministre et diffusées servilement par les médias appartenant à quelques milliardaires amis du président.

« L’histoire de l’invocation de mesures de quarantaine est ternie par des menaces, une peur généralisée, un manque de compréhension, des discrimination, difficultés économiques et rébellion (…).la mise en quarantaine peut créer de graves problèmes psychologiques, émotionnels et financiers pour certaines personnes ». Et conclusion de l’article cité : « Nos données montrent que la mise en quarantaine peut entraîner une détresse psychologique considérable sous la forme de syndrome de stress post-traumatique et de symptômes dépressifs. Les responsables de la santé publique, les médecins spécialistes des maladies infectieuses et les psychiatres et psychologues doivent être informés de ce problème »[17] Cette étude ne porte pourtant que sur la quarantaine des personnes malades qui, de ce fait comprennent le bien-fondé de leur isolement… Les séquelles de l’assignation à résidence aveugle des populations italiennes, espagnoles et françaises (moins conditionnées à la dictature que la Chine) n’ont pas fini d’être analysées. Bel avenir pour les psychologues et les psychiatres.

Le confinement aveugle, catastrophe économique et sociale.

Ce confinement aveugle de la population est catastrophique pour le pays conduit tout droit vers une récession grave. Sans preuve d’efficacité médicale réelle, Il ruine l’économie. Son cout direct prévisible est actuellement estimé à 3% de notre Produit Intérieur Brut mais sa prolongation qui tente nos dirigeants pourrait faire passer l’addition à 5 ou 6% du PIB[18], soit près de 150 milliards ! Son coût indirect est encore plus lourd. Il menace déjà à court terme l’existence même des artisans, professions libérales, petits commerçants soumis à de nombreuses charges fixes (loyers, salaires, charges sociales) qu’ils ne pourront plus honorer faute d’activité. Il menace aussi leurs nombreux salariés jetés au chômage[19]. Sans oublier les travailleuses du sexe réduites au chômage total sans indemnités et les mendiants privés de toutes ressources. Après la fin de l’épidémie les populations vont donc souffrir davantage et bien plus longtemps des conséquences économiques du confinement (perte de salaire, chômage, chute du PIB, aggravation de la misère) que de la maladie.

Les raisons du confinement : les prédictions d’une boule de cristal anglaise qui s’est déjà lourdement trompée lors de l’épidémie de grippe H1N1.

Le scénario catastrophe qui aurait convaincu E. Macron de mettre toute la Nation en prison n’est pas une analyse objective de résultats médicaux avérés, mais une simulation, une prédiction[20]. Dans la Grèce antique, les rois consultaient l’oracle de Delphes avant de prendre des décisions importantes. Le 12 mars 2020 Macron a consulté Neil Ferguson, un épidémiologiste de l’Imperial College à Londres qui aurait prédit de 300 000 à 500 000 morts en France en cas d’absence de mesures d’endiguement[21]. Comme dit le PR Raoult, ce n’est pas de la science, plutôt de la science-fiction qui évoque les prédictions de Nostradamus.

Nous avons déjà expliqué l’incertitude de pareilles prédictions en médecine[22] et leurs conséquences délétères, lorsque les hypothèses de départ sont fausses. Et les hypothèses retenues, très incertaines à cette date, du fait de la mauvaise connaissance de cette maladie nouvelle, se révèlent maintenant grossièrement fausses. Le traitement par ordinateur, s’il donne un aspect moderne à la prédiction, est incapable d’améliorer la pertinence des résultats. Si E. Macron s’était davantage intéressé à la réalité médicale et en particulier aux résultats des mesures prises au Japon, à Taiwan et en Corée du sud ou à Singapour, il aurait pu nous éviter ce cauchemar inefficace, inutile, toxique et hors de prix du confinement aveugle. Mais comme beaucoup de son entourage, il croit à la start-up nation, à la technologie, aux sciences exactes qui permettent d’aller dans la Lune, mais ignore que soigner un être humain est plus complexe et non réductible à un modèle. La médecine est un art mâtiné de science, mais pas une science exacte.

Erreur stratégique que n’a pas commise l’Allemagne. Erreur que nous payons maintenant[23] de plus de 12192 morts, alors que l’Allemagne avec une population 20% plus importante en déplore cinq fois moins (2373).

Bilan de 75 jours de combat de l’épidémie en France et de 26 jours de confinement

Frontières grandes ouvertes avec affichettes dans les halls d’aéroport comme arme de dissuasion massive contre un virus qui malheureusement ne savait pas lire le français…Le gouvernement Macron a laissé arriver de Chine et d’Italie tous ceux qui le voulaient, sans aucun dépistage à leur arrivée et encore moins de quarantaine imposée aux ressortissants des pays infectés et aux voyageurs suspects à l’arrivée. Il a fallu des critiques publiques répétées sur le manque de détection aux arrivées aéroportuaires pour que la direction générale de la santé annonce (très tardivement) la mise en place d’une « équipe médicale d’accueil » à l’aéroport de Roissy (sans tests).

Ce sont les syndicats du personnel aérien d‘Air France qui ont imposé d’arrêter la desserte des pays à risques. De plus, aucune protection des personnels par masques n’était organisée ! Le virus a pu s’installer tranquillement dans le pays.

Une « guerre » effectuée sans moyens logistiques, sans masques pour tous et partout, sans tests avec, pour seule arme, un confinement aveugle

La bataille de France est encore livrée par des soldats de première ligne en nombre insuffisant et peu armés. Toujours trop peu de masques et de tenue de protection pour les soignants et les personnels d’urgence et de sécurité, tests diagnostic toujours très rationnés, nombre de lits de réanimation indigne, (plus de trois fois inférieur à celui du Japon, de Taiwan et deux fois inférieur à celui de l’Allemagne)[24], nombre de respirateurs très insuffisants qui nous oblige à quémander des places chez nos amis allemands et suisses qui ont heureusement mieux géré la crise (et sans confinement généralisé). Et impossibilité pour les médecins traitant de prescrire de la chloroquine lorsqu’elle leur paraît indiquée.

 

Au 24 mars 2020, la France n’avait réalisé que 101 046 tests contre 500 000 tests par semaine en Allemagne, la Corée du Sud, ayant elle réalisé près de 400 000 tests depuis le début de l’épidémie. En rapportant le nombre de tests à la taille de la population nationale, le nombre de tests réalisés pour 10 000 habitants dans chaque pays, la France en réalise pour l’instant 15, l’Allemagne 80 et la Corée du Sud 77.

Aucune réouverture de lits d’hôpitaux, Aucune embauche de personnels soignants[25] ni revalorisation de leurs salaires pour les encourager à ne pas démissionner. Pas d’alignement du prix de consultations des médecins de ville sur la moyenne européenne rémunérations (> 40 €) malgré l’ampleur de la catastrophe des hôpitaux déjà en grande crise avant l’arrivée du virus. Les « héros » doivent continuer à travailler dans des conditions dignes de la brousse et se contenter d’applaudissements chaque soir à 20 H. Et notre système sanitaire surnommé Titanic dans des tribunes et des manifestations n’en finit pas de couler dans l’indifférence des dirigeants qui prodiguent flatteries et promesses, mais dont on attend toujours des actions concrètes.

 

Les héros sont fatigués d’être méprisés, mis en danger, jamais écoutés

Le président de la fédération des médecins de France, généraliste, JP Hamon lui-même touché par la maladie, insiste sur les médias : « nous ne sommes pas de la chair à canon ». Sans effet, en dehors de câlinothérapie du genre « vous êtes des héros ». Non, nous médecins ne sommes pas des héros, mais souhaitons faire notre métier dans des conditions de sécurité correctes pour nous et nos malades, ce qui nous est refusé.

Médecins et malades sans protection autres que celles qu’ils se fabriquent eux même ! En 1915, pour ramasser les blessés sur les tranchées de Verdun les soldats étaient munis de casque. Mais en 2020 en France, le Gouvernement a décidé de nous priver du matériel de protection de base. Et déjà au moins six médecins sont morts. Pourquoi ? Ils se moquent de nous, ou jouent à la guéguerre avec notre peau et par conséquence avec celle des patients qui nous consultent, privés de masques également. Dans quel but ?

Des policiers traités comme de la chair à virus, longtemps interdits de masque ! Envoyés à la quête de la fameuse attestation, contaminante potentielle, sans masque, et pire longtemps sans autorisation d’en porter même fabriquée par leur épouse ! il était « interdit de se protéger ». Pourquoi ? Le virus serait-il dangereux pour le monde entier sauf pour les policiers français ?

 

Les travailleurs méprisés

Ils doivent continuer à travailler selon les injonctions du ministère de l’économie, prendre des transports en commun bondés (lorsque la fréquentation diminue la RATP diminue le nombre de ses rames et la promiscuité reste égale), servir les clients en supermarchés pendant plusieurs semaines sans masques qui étaient inutiles pour eux comme le rappelaient chaque soir les autorités !

Le plus sidérant est l’acceptation apparente de la population tellement manipulée qu’elle finit par croire aux mensonges du pouvoir et accepter une mesure humiliante, inutile, inefficace et toxique. Soumission….Est-ce un test de notre résistance à la soumission, qui rappelle cruellement les expériences de Milgram [14] montrant qu’une grande proportion d’une population normale devient capable, sous l’ordre d’un chef, de se comporter en bourreau et de délivrer une dose mortelle d’électricité. Le sujet de Milgram (Monsieur tout le monde) agit contre ses convictions et en souffre. Cependant, il va se conformer à ce qu’on attend de lui ».[26]

 

Le confinement aveugle est une très mauvaise idée sur le plan sanitaire. Mais le véritable projet ne serait-il pas de poursuivre la destruction des acquis de notre modèle social sans manifestation grâce au confinement et I ’installation d’un état policier sur le modèle chinois ?

En 1940, la défaite aux frontières a servi de prétexte à une prise de pouvoir par le régime de Vichy, et à la suppression des droits fondamentaux des français. En 2020, le président, utilisant l’invasion virale, nous impose un couvre-feu diurne et nocturne, et veut finaliser la suppression des acquis du pacte social hérité de la Résistance et du CNR[27] ?

 

La population souffre d’une double peine ; menacée du virus, elle est de plus soumise obligée de montrer un « ausweis », un laisser passer de jour lorsqu’elle veut sortir. Pire que sous Pétain. Sous l’occupation allemande, aucune attestation sur l’honneur disant qu’on va promener son chien ou chercher son pain n’était exigée[28]. Ce confinement a d’ailleurs entraîné un exode des parisiens plus important que celui de 1940 ! Et des concitoyens arrivent à le leur reprocher, voire à les dénoncer, répétant ainsi les comportements des périodes les plus sombres de notre histoire[29].

 

« En ce joli mois de mars 2020, on est heureux d’apprendre que l’Etat chinois, jusqu’ici présenté comme une infâme dictature antidémocratique, peut soudain être pris pour modèle, qui plus est dans une disposition qui foule aux pieds les libertés publiques fondamentales.  Ainsi meurt la liberté dans son pays de naissance, dans l’indifférence générale. »[30]

 

Et la loi d’exception votée le jeudi 19 Mars 2020 pour soi-disant lutter contre l’infection comporte la suppression de droits sociaux[31] et des restrictions de liberté qui laissent craindre le pire.

Ne vous laissez pas manipuler par le harcèlement quotidien de la propagande du gouvernement relayée par ses fidèles pseudo-experts et ses journalistes en continu sur les médias.

La volonté de protéger la nation serait plausible, si les confinés ne se retrouvaient pas sans protection au marché ou chez le boucher et pire aux urgences, car la vie continue et les infarctus et blessures n’ont pas disparu  Et si ce confinement était « de bonne foi » pourquoi interdirait-on aux cyclistes de rouler seuls, aux cavaliers de sortir seuls, aux baigneurs de profiter du soleil seuls sur un coin de plage à distance des autres confinés, à un surfeur de pratiquer, et aux marcheurs de maintenir leurs formes, aux sportifs de continuer à s’entraîner seul[32] pour ne pas perdre des années d’exercice, aux plaisanciers d’aller avec leurs familles confinées avec eux, sur les mers…

Il y a une volonté d’humiliation des confinés qui démontre, s’il en était besoin l’absence de bon sens sanitaire et de projet réel de santé. En quoi un promeneur seul en campagne à plus de 500 m de chez lui est-il dangereux et justifie-t-il un rappel à l’ordre par un drone ?

Vous pouvez multiplier les exemples. Fermer les plages, les parcs est une mesure coercitive non médicale visant à conditionner le peuple à obéir, à se soumettre. Test pour voir jusqu’où un dictateur peut aller trop loin ?

Nos dirigeants veulent-ils détruire le pays par la gravité de la récession engendrée par le confinement, et ce dans le cadre d’une volonté mondiale de mise au pas par un gouvernement Mondial revendiqué encore en 2017 par le célèbre mentor du président Macron, Jacques Attali qui attendait une grande pandémie pour y parvenir. Nous y voici.

Etablir une dictature à la chinoise grâce à la panique et l’hystérie entretenue par la propagande sans précédent[33] que diffusent en continu les médias pour une infection dont la mortalité mondiale réelle reste bien inférieure à celle la grippe[34] ? Chaque soir, messe quotidienne oblige, vous apprenez le nombre de morts par coronavirus, mais on oublie de vous dire que 500 personnes sont parties de leur cancer ce même jour (et miracle si on leur trouve un coronavirus, ce dernier sera déclaré responsable du décès et probablement plus côté en tarification à l’activité) et la psychose est alimentée par des chiffres absolus sans jamais de comparaison à l’ensemble de la population de plus de 65 millions de français.

Pour mettre en perspective les chiffres absolus répétés chaque soir : rappelons quelques chiffres

« En 2013, 567 078 décès domiciliés en France entière (hors Mayotte) ont été enregistrés. Avec respectivement

163 602 et 142 175 décès, les tumeurs et les maladies de l’appareil circulatoire constituent les causes de décès les plus fréquentes, tous sexes confondus. »[35]

L’OMS estime que la grippe saisonnière fait 60.000 morts par an en Europe. En France, la grippe saisonnière touche chaque année en moyenne 2,5 millions de personnes et en tue environ 10000. Lors de l’épidémie grippale 2014-2015, la surmortalité hivernale a atteint 18.300 décès. (AFP février 2020). Alors pourquoi cette hystérie pour une maladie certes nouvelle, mais qui n’a tué en 2 mois (au 10/4) 12192 personnes ?

Ecoutons le Pr marseillais[36] Raoult sur le confinement et aussi la lueur d’espoir thérapeutique par le Plaquenil qui lui a valu des menaces, comme toujours avec les novateurs qui pourraient menacer des lobbies.

 

« Confiner l’ensemble de la population sans dépister et sans traiter, c’est digne du traitement des épidémies des siècles passés, et à peu près aussi inopérant.
La seule stratégie qui fasse sens est de dépister massivement, puis confiner les positifs et/ou les traiter, tout comme les cas à risque puisque c’est possible, comme on le voit en Chine et en Corée. »

 

Méditons l’analyse pertinente de Valérie Bugault[37]:

« L’analyse de la crise actuelle révèle aussi l’application des techniques du pompier pyromane et du triangle de Karpman, c’est-à-dire le jeu de rôles bourreau/victime/sauveur. Le pouvoir laisse la situation de crise s’installer, voire l’aide à s’installer, volontairement ou involontairement. Dans le réel, le pouvoir occupe donc la place du pyromane, donc du bourreau. Puis, une fois que la crise est installée et en cours, le pouvoir se présente comme le sauveur, qui va donc nous sauver de la crise qu’il a lui-même installé furtivement, tel un pompier qui éteindrait l’incendie après l’avoir lui-même allumé discrètement. »

Comme nos aïeux contre l’occupant nazi et ses alliés de Vichy, RESISTONS à la tyrannie pseudo médicale ! Exigeons des masques et des dépistages par des tests diagnostic généralisés et la chloroquine qui protègeront bien mieux la population que le confinement. Refusons le confinement aveugle qui détruit la vie sociale et l’économie sans bénéfice sanitaire réel. Refusons des lois d’exception injustifiées. RESISTONS !

[1] D’après AFP : En Chine depuis le confinement, la production industrielle a connu un repli de 13,5% sur un an, contre +6,9% en décembre. Les ventes de détail, reflet de la consommation, ont pour leur part chuté de 20,5% par rapport aux deux premiers mois de 2019

[2] L’artisanat, les petits commerces « non essentiels » et les professions libérales constituent le premier employeur de France

A écouter absolument https://www.youtube.com/watch?v=HSNJAcsygB0&feature=youtu.be

 

[3] « Je confirme les déclarations du chef d’état-major qui viennent de m’être rappelées par la direction centrale : il est absolument proscrit de porter le masque sur la voie publique ou à l’accueil du public. » Dans la bouche des policiers, il devient « interdit de se protéger ». « Le virus est dangereux pour le monde entier sauf pour les flics français ? », interroge légitimement l’un d’entre eux. Pour le moment, aucune réponse. Pendant ce temps-là, 100.000 masques vont être distribués en prison, difficile de comprendre. » Charlotte d’Ornellas 19/03/2020 Valeurs actuelles

[4] D’après le rapport de l’OMS 2020

[5] Élimination des insectes et animaux vecteurs, contrôle de l’eau potable et des eaux usées

[6] Nettoyage des vêtements et de la literie, hygiène corporelle, gestes barrières

[7] La peste noire, le choléra, le typhus, la typhoïde, la poliomyélite

[8] Data sourced from Japan Ministry of Health, Labour and Welfare and World Health Organization, as reported from 10:00|CET

[9] Jérémy André Comment j’ai été testé au coronavirus à Séoul Le Point 2 avril 2020 « Face à la pandémie, la Corée du Sud a évité le confinement généralisé. La clé : dépister, enquêter, isoler.

[10] Nombre de cas connus par 100000 habitants depuis le début de l’épidémie

[11] Au 19/3/2020 l’Italie est le pays qui totalise le plus grand nombre de décès : 3405 et la plus forte mortalité (nombre de décès / 100000 habitants) au monde.

[12] Un fils raconte avoir trouvé sa mère nue dans un sac à Rungis. S’en remettra -t-il ?

[13] Le port de masques et le respect de distance permettent de marcher ensemble sans risques.

[14] Fin que personne ne peut prévoir car les mesures adoptées qui étalent le pic de l’épidémie prolongent sa durée.

[15] Contrôle du SRAS et effets psychologiques de la quarantaine, Toronto, Canada Emerging Infectious Disease 2004 Juillet 10 (7) 1206 -1212

[16] D’après RFI les violences faîtes aux femmes en Argentine auraient augmenté de 60% depuis le confinement

[17] Ibid10

[18] L’Insee estime à 6 points de PIB l’impact d’un confinement de deux mois en France L’Obs du 26/3/2020

[19] « Coronaviré » : le chômage va exploser avec la crise L’Obs du 25/3/2020

[20] John P.A. Ioannidis A fiasco in the making? As the coronavirus pandemic takes hold, we are making decisions without reliable data March 17, 2020 https://www.statnews.com/2020/03/17/a-fiasco-in-the-making-as-the-coronavirus-pandemic-takes-hold-we-are-making-decisions-without-reliable-data/ John P.A. Ioannidis est professeur de médecine, d’épidémiologie et de santé des populations, de données de science biomédicale et de statistiques à l’Université de Stanford et codirecteur du Centre d’Innovation de Recherches Meta.

[21] Lors de l’épidémie de grippe H1N1 cette même équipe, avait prédit une scénario catastrophe avec plus de 8000 morts au Canada ; à la fin de l’épidémie les médecins canadiens en ont recensé 428.

[22] Delépine Quand les résultats de simulations mathématiques remplacent les résultats réels dans l’information Agoravox 19 10 2018 https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/quand-les-resultats-de-simulations-208775

[23] Au 10 avril 2020

[24] D’après l’OCDE sur 35 pays, la France se classe seulement au 19e rang ; lorsque le Japon bénéficie 7,8 de lits de ranimation, Taiwan de 7 et l’Allemagne de 6, la France n’en possède que 3 et l’Italie 2,6

[25] Le préfet de la région française la plus sévèrement touchée a même annoncé un plan de réduction de plusieurs centaines de personnel soignant.

[26] [15] https://psychologie-sociale.com/index.php/fr/experiences/influence-engagement-et-dissonance/204-la-soumission-a-l-autorite

[27] Conseil national de la résistance qui a mis en place la sécurité sociale

[28] « Le confinement est un fait inédit dans l’histoire de France, comme le rappelait Le Parisien. Même sous la botte hitlérienne, même sous le régime de Vichy, jamais les Français n’avaient été assignés à domicile du matin au soir. Dans le pays qui a le mot Liberté gravé sur tous ses frontons, pour aussi vertigineux que cela puisse paraître, c’est désormais chose faite. « Grâce » à Emmanuel Macron. » https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/confinement-de-macron-a-le-pen-222384

[29] Le gouvernement de Pétain appelait à la délation promue comportement civique.

[30] https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/confinement-de-macron-a-le-pen-222384

[31] Comme la durée hebdomadaire maximale du travail passée à 48 heures

[32] Nous allons bientôt accueillir les jeux olympiques avec nos sportifs dont la préparation a été gâchée par un confinement aveugle que n’ont pas subi ceux des pays plus démocratiques.

[33] « Les statistiques vont bon train, aux valeurs données dans l’absolu, sans aucune proportion avec les populations. On n’a par ailleurs, jamais donné autant de détails biologiques, épidémiologiques et étiologiques, concernant un microbe. Voilà que tout un chacun est médiatiquement confronté à ses propres ignorances scientifiques, ingénieriques-sociales comme cliniques. L’angoisse. Oui l’angoisse, d’autant plus que la veille, on regardait encore le sixième épisode de la série the Walking Dead ou the Rain sur Netflix, par exemple. L’époque en est là, de s’inventer des apocalypses zombies qui font de l’audimat » … https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/parodie/article/cette-grippe-asiatique-222339

[34] L’OMS estime que la grippe saisonnière est chaque année responsable de plus de 4 millions d’infections et de plus de 500000 morts alors qu’au 10 avril 2020 le covid19 avait infecté 1 521 252 personnes et causé 92 798 morts.

[35] esp2017_5_principales_causes_de_deces_et_de_morbidite.pdf

[36]https://yetiblog.org/archives/22892?fbclid=IwAR0xkaM_pvxdzTMsR8sIQhLBAMPPlJB4KDvl6m7Ju3dGy5RTDfvPxTrACrc

[37] https://strategika.fr/2020/04/01/geopolitique-du-coronavirus-entretien-avec-valerie-bugault/

Géopolitique du coronavirus – entretien avec Valérie Bugault Strategika 1 avril 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

Long term results of high dose vancomycin loaded spacers for treating infected massive prostheses

Poster spacer ciment athenes 2019-2               Delepine F, Alkhallaf S. Delepine G.

 

Aim

infection is of the most devastating complication of conservative surgery using massive prosthesis, leading frequently to amputation. The aim of this bi centric study is to precise the influence of spacer loaded with high doses of vancomycin on late results

 

Patients From 1984 to 2010, we operated more than 670 patients with bone sarcoma. Aged 4,5 to 82 years (mean 25 y). Histology was osteosarcoma (330), Ewing (175), chondrosarcomas (148), fibrosarcomas or MFH (23), giant cell tumours in others. In 502 cases, p received chemotherapy, and radiotherapy in 50 cases. The median follow-up from tumour removal is 20.5 years. 62 p suffered of deep infection of the material used to reconstruct the skeletal defect. 3 p were refered to us for recurrence of deep infection initially treated elsewhere. Altogether, we treated 65 patients for deep infections.

Method 28 p had debridment and cleaning of the prosthesis and long adapted antibiotherapy as first treatment. When ineffective (25/28), a removal of the prosthesis was performed with immediate re insertion of prosthesis in 19 cases. When infection recurred (16/19) and in 34 other patients the treatment included a two stages protocol with interposition of a spacer with antibiotic loaded cement during 4 to12 weeks .Until 2004, the spacer was made with gentamycin containing palacos mixed with conventional doses of antibiotics adapted to the germ. From 2004/6 we used high doses of vancomycin (4 g per batch of 40 g) with an average total dose of 11g of vancomycin per spacer. The new prosthesis was replaced secondarly when infection, cutaneous and muscular problems were solved.

RESULTS : At last control, 16 were amputated, following a mean of 6 ineffective procedures. 46 p. benefited from conservation surgery but a new prosthesis could be inserted only in 43, following a mean of 3.2 surgical procedures. Analysis shows the very bad prognostic value of initial radiotherapy, of distal locations, the importance of muscular coverage and the efficacy of high dose vancomycin in spacer. Up to date, none of the high dose vancomycin loaded spacers was followed by amputation

CONCLUSION Infection of massive prostheses is the most serious orthopaedic complication of limb salvage. Treatment must be preventive, avoiding any radiotherapy. Good prognostic factors of deep infection are early removal of the prosthesis, improvement of the muscular coverage, and use of spacers with high dose vancomycin.

 

slides 

Poster Ew périosté athenes 2019-2 (1)   

 

 

 

Long term follow-up of 7 periosteal Ewing. Key points for surgery 

F Delépine, G Delépine, S Alkhallaf

Aim of the study. Few cases of periosteal Ewing (PES) were reported and surgical implications of such a diagnosis has not been sufficiently underlined. Our goal is to evaluate the incidence of this topographic form and the consequence on surgery and long-term results.

Material. The 7 reported cases fulfilled the diagnosis criteria of Bator: Ewing of bone histologically proved, with pure periosteal location without medullary extension. The CT scan was the most reliable exam for diagnosis. Histology of resected specimen may ignore an initial medullary involvement cured by preoperative chemotherapy. M.R.I. can overestimate a PES with intense inflammatory reactive tissue inside the medullary canal.

Results

Out of 175 Ewing of bone of our file, only 7 (4 %) could be classified as PES. 6 involved the femoral bone (4 diaphyseal orand 2 metaphyso diaphyseal) and one the tibia (distal metaphysis). Age of patients at biopsy ranged 11 to 19. Two patients have been referred to us after biopsy. One was irradiated before we saw her. According to Ennecking classification, 3 were graded IIA and 4 II B. All patients were treated by resection after preoperative chemotherapy. With an median follow up of 198 months, all 7 patients are event free survivors.

In three cases a transcortical biopsy was performed compelling to perform a resection interrupting the long bone continuity; Two patients were reconstructed with long stem prosthesis and were re operated 2 and 4 times during the 18 and 19 years of follow up. For the distal tibia the limb salvage using allograft and vascularized fibula was followed by pseudarthrosis then infection with a total of 6 operations (in 3 years) before cure. In four cases the biopsy did not open the medullary bone; Nevertheless in three case sthe local extension compells to interrupt the long bone continuity before allograft reconstructions with 2 excellent and 1 good long-term results. The last case could benefit of partial resection of bone with cement filling and excellent immediate result.

Comments.With these cases (6 had been already reported), only 35 cases of PES have been described, 32 / 35 located on long bones. Most were stage II disease, treated by chemotherapy and surgery. At last follow up 33 / 35 patients (94 %) were in first remission confirming the good prognostic value of PES.

Conclusions.The surgical consequences of PES must be underlined. When computed imaging permits to suspect this diagnosis biopsy should be confined to the soft tissues and/or the cortical bone without medullary contamination. Such a procedure eventually permits subsequent partial resection without interruption of the bone continuity, allowing easier reconstruction and much better long term functional results.

 

slides

ISOLS2019 long term follow up of acetabular prostesis for malignancies

 

Very long-term follow-up of composite prostheses after periacetabular resection.

Fabrice Delépine, Gérard Delépine

 

Materials and methods.

The “hand on innominate prosthesis” described by us in 2003 (Sarcoma 2003) is made of a titanium cup, a set of long titanium screws and 2 or 3 packs of antibiotics loaded cement. To evaluate the orthopedic results of the implants, we take in account the score at last local control. We use the numerical rating assessing each of the seven variables of the MSTS system on a five-point scale, giving a maximum score of 35 points, recorded as 100 %. Between 1990-2007, 84 patients (p) with peri acetabular bone sarcoma (40), metastases (44) were treated by internal hemipelvectomy followed by this reconstructive procedure. 23 survivors (20/40 sarcomas, 3/44 metastases) have been followed more than 5 years. Histology of 23: chondrosarcoma: 8, osteosarcoma:5, Ewing: 5, MFH: 1, anaplasic sarcoma :1, renal cell carcinoma 2, thyroid 1. Resection included 4 zone 2, 6 zone 2+3, 9 zones 2+1, 3 zones 2+1+4, and 1, zones 1+2+3.

Results.

Median FU of these 23 p is 18,5 years (133- 301 months). Postoperative complications included 1 deep infection, 6 hip prosthesis dislocations (26%), 2 neurologic palsies. Late complications were 2 deep infections, 8 polyethylene wears and 8 loosening (5 iliac, 3 femoral). 17 p (73 %) had to be re operated. The type of orthopedic complications is significantly correlated with the topography of the resection: loosening of the iliac prosthesis threatens only resection of zone 1.

The mean functional result, rated according modified Ennecking’s grading system, was 80%. Result similar to those described in the literature for custom made innominate prosthesis and better than those of published alternative reconstructive procedures.

 

Conclusions.

The immediate weight bearing and the durability of such a procedure plea for using it after acetabulum resection of zone 2 and 3 (we did not observe loosening of the iliac reconstruction). Such a procedure can also be used after total iliac wing resection, even when including zone 4. But in this location loosening is frequent and pleas for reinforcing the reconstruction with the head and neck of femur when there are free of tumor as advocated by Puget (RCO 2012)

 

  SLIDES   29 2 2020 Gardasil ENGLISH 

 

Paradoxical oncologic results of HPV vaccination in real life

A cancer registers study
Dr G Delépine surgeon oncologist statistician N Delépine pediatrician oncologist
Paris, France nicole.delepine@bbox.fr gerard.delepine@bbox.fr
Authors have no competing interest

 

 

 

FIL du diaporama   7 9 2019 Alix gardasil_ POUR SITE

Gardasil : le vaccin qui augmente le risque de cancer du col.  Sera-t-il le prochain scandale sanitaire mondial ? par Gérard Delépine Chirurgien cancérologue gerard.delepine@bbox.fr

 

Indication officielle du Gardasil : prévenir le cancer du col de l’utérus en ciblant les virus papilloma humain.  Est–ce en bonne voie ?

Pourquoi étudier l’efficacité des vaccins anti HPV contre le cancer du col ? Une propagande mondiale massive mensongère utilise la peur pour pousser les parents à vacciner leurs enfants, n’hésitant pas à les culpabiliser. La révélation des nombreuses complications ne ralentit pas l’hystérie vaccinale

Le president, Mme Buzyn et 50 sociétés savantes, syndicats et associations ~ sponsorisés par l’industrie ont proclamé leur volonté d’imposer la vaccination. En juillet 2018, 8 députés ont deposé un amendement de loi pour rendre cette vaccination obligatoire, et à nouveau sept autres en 2019.

 

DEFINITIONS

Quelques éléments démographiques sur le cancer du col. Ce cancer ne survient jamais avant 15 ans, est rarissime avant 20 ans et rare entre 20 et 25 ans. La vaccination a débuté en 2007, centrée sur les filles de 11-13 ans mais aussi « en rattrapage » celles de 13-18 ans et jusqu’à 26 ans en Australie.

En 2019, les registres du cancer ne donnent que les résultats de 2014-2016. On ne dispose donc que de 7 à 8 ans de recul analysables. Les filles qui avaient plus de 13 ans lors de la vaccination qui dépassent l’âge de 20 ans constituent le groupe témoin privilégié (20-24 ans)

 

L’histoire officielle du Gardasil est un beau conte qui repose sur 5 piliers : 1°) Les cancers du col de l’utérus, de la vulve, du vagin SERAIENT un cancer fréquent et une cause majeure de décès qui menace toutes les femmes. Vous et vos enfants seriez  de plus exposés aux cancers de l’anus et ORL. 2°) Ces cancers SERAIENT dus à quelques souches de HPV (human papilloma virus) (Von Hauser récompensé d’un prix Nobel). 3°) GSK et Ian Frazer ont inventé des vaccins pour vaincre ces cancers.4°)Les essais auraient prouvé que les vaccins SERAIENT efficaces et bien tolérés.  5°) La vaccination devrait faire disparaître ces maux.

 

PREMIERE INTOX : problème majeur de santé publique? Faux en France!   En France métropolitaine LE CANCER DU COL DE L UTERUS représente 1.7% des cancers avec une incidence de 6/100000, ce qui en fait une maladie rare (Une maladie est considérée comme rare par l’OMS lorsque son incidence est égale ou inférieure à 6/100000)

Aux USA, il ne figure même pas dans le graphique des cancers féminins du CDC, pourtant très pro gardasil) avec incidence de 7/100000 (contre 124/100000 pour cancer du sein).

En France,il est responsable de 0,6% de la mortalité par cancer avec une mortalité de 1,8/100000.  Depuis la pratique des frottis moins de 1000 décès annuels lui sont imputables (contre > 5000 auparavant). Ces décès touchent majoritairement (70% à 80%) les femmes qui ne se font pas dépister selon les recommandations(1 fois / 3 ans à partir de 25 ans)

L’OMS, ministère et laboratoires pharmaceutiques utilisent la mauvaise situation sanitaire des pays sous développés pour créer la peur dans la population des pays riches (ceux qui peuvent payer ce vaccin hors de prix). La carte OMS montre qu’il n’est un problème de santé publique majeur uniquement dans les pays qui n’utilisent pas le dépistage par frottis.

 

 

Comment évaluer l’effet de la vaccination sur le risque de cancer invasif ?  Pour évaluer réellement l’effet d’une action préventive de santé publique, il faut examiner l’évolution de l’incidence de la maladie dans la population générale et dans les groupes soumis à cette prévention. Et non pas utiliser des critères substitutifs (infection, anomalies cytologiques bénignes) dont la valeur n’a jamais été testée dans le cadre d’une vaccination et encore moins sur un échantillon de cobayes non représentatifs de la population concernée (essais thérapeutiques).

Pour un traitement censé prévenir le cancer du col, les registres officiels du cancer constituent les témoins indiscutables les plus pertinents.

 

 

 

Méthode pour évaluer objectivement l’effet de la vaccination sur le risque de cancer invasif  : recueil des incidences du cancer du col de l’utérus rapportées dans les registres des cancers des pays qui utilisent le dépistage (pap tests) et dont la couverture vaccinale dépasse les 80%.

 

Analyse des évolutions avant et depuis la vaccination : en les comparant à celle de la France où la couverture vaccinale n’atteint pas 20%. Toutes courbes présentées ci après proviennent des instituts nationaux de statistiques (sauf pour l’Australie qui fournit des chiffres mais pas de courbe par groupe d’âge). Nous avons ajouté des commentaires en rouge. Voir toutes les courbes sur le diaporama.

 

 

ANALYSE DES EVOLUTION DES PAYS QUI PRATIQUENT LE DEPISTAGE, UNE COUVERTURE VACCINALE >80%

Période pré vaccinale (1980-2007) .L’incidence du cancer invasif du col a diminué spectaculairement dans tous les pays qui pratiquent le dépistage par frottis :le risque global de cancer invasif du col ne diminue plus dans les pays qui vaccinent, sauf pour les femmes de plus de 50 ans, non vaccinées, qui ont continué à bénéficier d’une baisse de leur risque de cancer.

 

CHEZ LES FEMMES VACCINEES, AUGMENTATION IMPORTANTE et SIGNIFICATIVE DU NOMBRE DE CANCER DU COL  2 à 3 ans APRES VACCINATION

 

La politique vaccinale australienne. La campagne de vaccination a commencé en 2007 et a concerné les jeunes filles de 12 à 26 ans, qui avaient 20 à 34 ans en 2015 et représentent les groupes témoins pertinents.

Les mensonges publicitaires australiens. Les chiffres australiens officiels  détaillés de cancers invasifs sont visibles sur les courbes du diaporama et contraires à la propagande médiatique qui se basent sur des simulations fondées sur des hypothèses érronées confondant infections et cancer .

 

 

 

Grande Bretagne : augmentation d’incidence chez les 20-24 ans

 

 

 

Norvège : Evolution du risque chez les 20-24

 

 

Suède  évolution chez les 20-24 ans

 

Les filles âgées de 14 à 18 ans en 2010 ont subi des vaccinations de rattrapage pour 80% d’entre elles. Depuis, leur incidence (lissée sur trois ans) de cancer invasif du col de l’utérus a augmenté de 150%

Cette augmentation d’incidence est très significative et ne peut pas être due au hasard (P<0,001)

 

 

Recherche des points de rupture

La recherche des points de rupture permet d’établir la date de la modification de tendance evolutive et ainsi de vérifier s’il existe une corrélation temporelle entre celle-ci et la vaccination

En Suède, l’augmentation d’incidence est apparue deux ans après le début de la campagne scolaire de vaccination

 

 

 

USA : incidence du cancer invasif du col de l’utérus – 1975 à 2015

Depuis la vaccination, elle ne diminue plus

USA: incidence 2000-2016 chez les 15-39

Depuis 2013 l’incidence augmente chez les femmes jeunes

USA: tendance évolutive chez les américaines de plus de 40 ans

Durant cette même période, l’incidence a diminué chez les femmes de plus de 40 ans non vaccinées

 

 

Prédictions paradoxales de Nordcan, le registre scandinave

Au Danemark peu vacciné,Nordcan prédit un taux stable de cancer. En Suède, très vacciné, Nordcan prédit une augmentation importante du taux de cancer du col chez les vaccinées

 

 

 

 

 

Quelles sont les causes du cancer du col ?

FAKE NEWS : les virus seraient l’unique cause du cancer. Or le Papillomavirus est virus saprophyte. Toutes les femmes ont été un jour infectées par le HPV sans le savoir et ont guéri sans traitement.

Les HPV présents lors du cancer sont de simples témoins d’une activité sexuelle importante, source de microtraumatismes, de réinfections et d’inflammations répétés,  causes possibles du terrain favorable aucancer

Infection n’ est pas cancer! Association ne veut pas dire causalité . L‘origine du cancer est multifactorielle . HPV sur les lieux du crime n’est qu’un témoin

Seule l’ analyse multifactorielle prenant en compte la totalité des facteurs connus précisant leur poids respectif aurait une réelle valeur évocatrice de causalité

 

Fake
les essais auraient prouvé vaccins efficaces et bien tolérés !Or la vaccination anti hpv est expérimentale

Depuis la commercialisation des vaccins : les études étiologiques se focalisent uniquement sur les papillomavirus !

 

Etat actuel des connaissances :

le papillomavirus pourrait n’être qu’un marqueur de risque de cancer traduisant son association avec les causes réelles (traumatismes répétés et inflammation chronique) …

L’évolution naturelle du cancer du col s’étalant sur deux décennies, on peut s’étonner de l’extrême précocité de l’augmentation de fréquence après vaccination.

Mais le cancer sous vaccins peut évoluer différemment. Ce n’est plus une évolution « naturelle »!

On le voit chaque jour avec les cancers soumis aux nouvelles drogues ciblées ou à l’immunothérapie à l’origine de cancers foudroyants quasi inconnus à cette échelle, avant l’ère de ces nouvelles molécules.

Pourquoi le Gardasil échapperait-il à cette possibilité de modification de l’histoire naturelle du cancer du col de l’utérus ?

Les vaccins peuvent modifier l’histoire des maladies

Les essais des premiers vaccins anti-sida Phambili puis Step ont abouti à une augmentation du risque d’attraper la maladie dans les années 2000 et ont été abandonnés pour cette raison

La vaccination anti hépatite B a été suivie dans les pays industrialisés (USA, France, GB, Australie, Canada) par une augmentation considérable du risque de de carcinomes hépatiques

La catastrophe toute récente du Dengvaxia contre la dengue aux Philippines* avec ses milliers de victimes (dont des dizaines de morts) est un autre exemple tragique.

Ces désastres sanitaires ont cruellement montré qu’une VACCINATION peut aggraver la maladie qu’elle était supposée prévenir.

Association ne veut pas dire causalité.
l’ origine du cancer est multifactorielle : précocité sexuelle, fréquence des rapports sexuels, le nombre de partenaires , la fréquence des infections bactériennes (chlamydia) ou virales HPV , Herpès, le tabagisme, le nombre de grossesses menées à   terme, et même la cuisine au feu de bois.

Tous ces facteurs (souvent associés entre eux) sont statistiquement liés à un sur risque de cancer du col.

Fake 
les essais auraient prouvé que les vaccins sont efficaces et bien tolérés.

Gardasil 4 antigènes souches type 6, 11, 16 et 18 et le Cervarix 2 souches (sur 150 souches connues)

infections 16 et 18 érigées en épouvantails par les industriels rares en Europe occidentale (étude en Catalogne)

le vaccin n’est actif que contre 1/2 infections à papillomavirus vues en France

Infection n’ est pas cancer

efficacité réelle sur infections et verrues génitales et prévention des anomalies CN2 et CN3, jamais démontrée dans la prévention du cancer invasif.

Aucune étude publiée ne prouve que le vaccin permet de diminuer le risque de cancer invasif ou le risque d’en mourir

La vaccination constitue donc une expérimentation.

notice du Gardasil : «Etant donné qu’aucun vaccin n’est efficace à 100 %, que Gardasil ne protège pas contre tous les types d’HPV ou contre des infections déjà existantes dues aux HPV, le dépistage en routine du cancer du col de l’utérus reste très important.. »

 

Vaccination expérimentale sur des populations entières  Inutile (dépistage efficace)

Résultats actuels très inquiétants : dans tous les pays qui ont organisé des campagnes de vaccination, l’incidence des cancers du col a augmenté dans les groupes d’âge vaccinés. Notons que le vaccin anti HPV est hors de prix près de 250 euros pour 2 doses.

OMS : RECOMMANDE MAIS N EST  PAS INDEPENDANTE !

Le budget de l’OMS est constitué pour 50% de contributions volontaires dont l’utilisation est décidée selon les désirs des donateurs…

Beaucoup de ces dons proviennent des firmes du médicament ou de fondations qui subordonnent leur attribution aux actions pro vaccinales (comme celles de Bill Gates) etc…

 

Corrélation obligations vaccinales/corruption

Les pays les plus corrompus sont ceux qui imposent les vaccinations. Informez-vous !

 

 

 

 

cliquez  sur le lien suivant :

7 9 2019 K foie Alis

diaporama présenté par le DR G Delépine  à l ‘invitation de l’association ALIS le 7 SEPT 2019  à Grenoble

 

 

 

La publicité actuelle pour ce vaccin contre l’Hépatite B  et l’obligation vaccinale récemment votée, en particulier chez les nourrissons  s’appuient sur cet effet prétendument anti cancéreux qui constitue une fake news en Occident

Les bons résultats obtenus chez les enfants asiatiques ont servi d’argument pour une campagne intense de promotion mondiale  en passant sous silence les résultats cancérologiques incertains chez les filles et mauvais sur l’ensembles des populations,  et les différences épidémiologiques majeures entre l’Asie et l’Occident.

 

Contrairement aux espoirs fondés sur une vaccination contre l’hépatite B qui aurait diminué la fréquence du cancer du foie

la vaccination a été suivie d’un échec carcinologique cuisant en Occident

 

  • On doit juger une action de santé publique, non sur ses intentions, mais sur ses résultats avérés
  • Dans les pays occidentaux, le nombre et l’incidence des cancers du foie ont en moyenne été multipliés par trois depuis la vaccination malgré la diminution très importantes des hépatites
  • Ce paradoxe du succès contre l’infection et d’un accroissement massif des cancers aurait du être convenablement exploré afin d’en comprendre les causes
  •  N’était-il pas indispensable de comprendre les raisons de cette catastrophe cancérologique avant de rendre cette vaccination obligatoire
  • en France  pour les nouveau-nés nés après le premier janvier 2018 ?